Archives pour l'étiquette chemin

Si on vous le demande, ne changez surtout pas !

baby-1232248_1920

Pourquoi ne faut-il pas changer quand une personne vous le demande ? Pourquoi faut-il attendre que le changement, s’il s’impose, vienne de nous-mêmes ? Pour répondre à ces questions, nous devons distinguer le « changement » et l’ « évolution ». Combien de fois votre entourage vous a-t-il demandé de changer une partie de votre comportement ou une partie de votre personnalité pour que vous soyez davantage à leur goût ou adapté à ce qu’ils attendent de vous ? On ne les compte plus ! C’est presque devenu une habitude malsaine de toujours critiquer et dire que cette coupe de cheveux ne nous va pas ou que nos mimiques ne plaisent pas, etc. Vous savez quoi ? On ne peut pas plaire à tout le monde ! Mais si cette coupe de cheveux vous plaît : conservez-la ! Si vous ne pouvez vous empêcher d’avoir des mimiques faciales qui dérangent les autres et qui font partie de vous : que voulez-vous changer ? Cela constitue votre différence ! Et notre différence est une richesse ! La plupart des gens déprécient les différences et souhaitent vous voir rentrer dans une « norme » qui leur paraît « logique » et plus gratifiante. Logique et gratifiante pour qui, pour quoi ? Détrompez-vous : la logique est de rester tels que nous sommes, d’assumer et de développer nos différences ! Pas de les changer, de les développer ; d’en faire des atouts, des forces plutôt que des embarras et des poids sur nos épaules.

Être à l’écoute de soi-même avant les autres

nature-690164_1280

L’avis le plus important c’est le vôtre ; pas celui des autres. Certes, les autres peuvent être de bon conseil et vous inviter à améliorer une partie de vous que VOUS souhaitez changer et vous ferez bien d’écouter leurs conseils – étant donné que vous êtes la personne à l’origine de la quête d’un changement. Dans ce cas : l’avis extérieur peut être un bon indicateur du chemin à suivre pour parvenir à votre recherche du changement. Dans le cas où vous n’avez rien demandé : prenez garde ! Les avis extérieurs sont à prendre avec beaucoup de précautions. Nos différences peuvent les déranger parce qu’ils ont, possiblement, un différend à régler avec eux-mêmes et, du coup, ils renvoient à travers vous leurs problèmes. Faites donc la différence entre les avis qui aspirent à vous procurer du bien et ceux qui sont malveillants et n’ont aucun fondement. Ceux-là n’en valent vraiment pas la peine et ils sont très nombreux à être déversés sur notre être en guise de « dépotoir » et de « défouloir ».

Personnellement, je m’abstiens toujours d’émettre une critique qui n’est pas constructive ou qui peut empêcher le développement personnel de l’autre sans qu’on me le demande. Je respecte le libre-arbitre de l’autre. Et si on me le demande et que je n’ai que très peu de choses positives à dire ; je le dis franchement sans tourner autour du pot, en expliquant toujours le fond de ma pensée en toute bienveillance ou je me tais si la personne en face de moi manifeste des signes d’intolérance. Je pourrais, bien sûr, m’exprimer autrement avec plus de tact et de diplomatie mais cela ne serait plus moi ! Or, l’impact de mes dires aurait-il toujours le même impact s’ils étaient délivrés autrement ? Nous avons tous notre propre manière de nous exprimer, elle ne pourra jamais plaire à tout le monde. Ce n’est pas une raison pour se dénaturer ! Être en harmonie avec soi-même suggère de se respecter et de s’accepter tel que l’on est. Si les autres ne vous acceptent pas tels que vous êtes et que vous vous sentez jugés en permanence ; peut-être est-il temps de penser à changer d’entourage plutôt que de se changer soi-même.

solitude-455768_640

Être à l’écoute de soi-même avant les autres est primordial pour ne pas être influencé à changer votre nature profonde qui, elle, vaut de l’or. Les personnes qui ne reconnaissent pas leur propre richesse intérieure auront tendance à vouloir vous priver de la vôtre, inconsciemment, n’ayant pas pu développer et mettre à profit leurs propres différences. Vous voulez un avis sincère et bienveillant ? Tournez-vous vers les personnes qui ont de l’estime pour elles, qui n’ont aucun complexe, qui se connaissent et s’acceptent aisément avec leurs qualités et leurs défauts, qui savent l’importance de se développer en toute confiance et qui savent distinguer l’amour de soi et l’excès d’amour-propre. Ces personnes-là, qui ne ressentent pas le besoin de rabaisser les autres pour se sentir exister et valorisés, sauront vous aider à donner le meilleur de vous-mêmes sans aucune animosité et brin d’adversité. Nous sommes tels que nous sommes, nous n’avons pas besoin de changer. Nous changerons avec le temps, si nous ressentons l’envie de changer. Non pas pour faire plaisir aux autres mais pour soi-même. Parce que ce sera un désir profond de notre part. Non pas pour combler le manque d’estime des autres ou reproduire le schéma lié aux blessures qu’ils ont pu avoir dans leur passé mais parce que nous serons portés par la révélation de notre véritable « moi ».

Faire face aux critiques négatives

843938_368285533268748_1767953799_oR

Plus vous serez critiqué, plus il se peut que vous soyez proche de votre véritable identité. Si vous n’êtes pas critiqué, c’est que vous ne faites rien de spectaculaire pour vous rapprocher de vos rêves. Je peux comprendre que nous préférions la tranquillité et les bons rapports mais, vous savez, j’ai moi-même enduré les frais de diverses critiques jusqu’ici et je me suis toujours senti tranquille dans mon esprit. Pourquoi ? Parce que les critiques ne m’atteignaient pas autant qu’elles auraient pu m’atteindre si je cherchais à faire à l’unanimité auprès de tout le monde. Fort heureusement, je n’ai jamais écouté mes détracteurs et mes choix pleinement assumés m’ont conduit à vivre des expériences qui ont enrichi mon essence. J’ai même eût droit un jour à une remarque qui m’a surprise : « Ton problème c’est que tu t’aimes trop ! » Vraiment ? Je n’ai jamais eu l’impression de m’aimer « trop », je m’aime à la hauteur de mon amour pour les autres et je considère ma personne comme faisant partie des « autres ». Pourquoi cela paraît-il « trop » aux yeux des autres ? Peut-être parce qu’ils ne sont pas habitués à voir autant de joie de vivre et autant d’amour envers la vie. J’ai appris à m’aimer, certes, mais j’ai surtout appris à aimer la vie et ceux qui font partie de ma vie ! Les gens n’entendent que ce qu’ils veulent bien entendre, inutile de dépenser son énergie à justifier sa personnalité si celle-ci est mal accueillie et mal interprétée. Ce que les autres disent de nous en dit bien plus sur eux que sur nous-même. Ceux qui manquent d’amour envers eux-mêmes auront toujours du mal à comprendre ceux qui débordent d’amour et qui refusent de se considérer comme des victimes de la vie ou bien des êtres limités. Continuez quand même de répandre de l’amour ! L’amour n’est pas un problème : il est LA solution à tous les problèmes !

Gardez à l’esprit que les autres nous témoignent l’amour qu’ils éprouvent envers eux-mêmes et envers le monde. Il n’y a aucun mal à s’aimer et affirmer sa personnalité, en harmonie avec soi-même. Ceux qui vous accepteront tel que vous êtes seront d’excellents alliés ; les autres seront tout bonnement à éviter !

Se détacher du regard des autres

ballet-1033163_1920

Autre raison pour laquelle nous pourrions être amenés à changer : le regard des autres. Un regard qui nous empêche, bien trop souvent, d’exprimer et de mettre en lumière notre essence. Le jugement des autres, si nous le prenons en considération, peut nous bloquer et nous empêcher d’oser être qui nous sommes sincèrement. Nous pouvons, ainsi, passer notre vie à vivre dans le « mensonge », se mentir à soi-même pour peu qu’auprès des autres nous renvoyions une image « convenable ». Tout cela est un frein à notre évolution. Le regard des autres peut occulter notre propre regard et nous transformer progressivement en quelqu’un qu’on ne reconnaît pas. Faites ce qui vous ressemble sans tenir compte de l’ « Ensemble ».

Quel regard avez-vous sur vous-même ? Quel regard ont les autres sur vous ? Depuis longtemps, j’ai pu constater l’énorme décalage qu’il y avait entre qui j’étais et ce que je reflétais aux yeux des gens. Peut-être ressentez-vous également ce décalage… Pourquoi peut-il y avoir un décalage ? Tout simplement parce que nous ne sommes pas en harmonie, en cohérence avec nous-mêmes ou bien nous ne l’avons pas été plus tôt – cela surprend alors votre entourage qui ne vous « reconnaît » plus. Parce que, justement, nous aspirions à plaire aux autres et nous ne faisions pas ce qui était en résonance avec notre être profond. Je me suis longtemps menti à moi-même en cherchant à me dénaturer et en effectuant des choix qui me correspondaient peu en comparaison de que me dictait mon cœur. Je cherchais comment m’adapter aux autres et puis j’ai compris que c’était aux autres de s’adapter à moi ! Si vous avez l’impression de vous mentir à vous-même et d’être aux dépens du regard des autres, dans ce cas-là, un conseil : restez comme vous êtes, mieux vaut être déprécié pour ce que l’on est qu’être apprécié pour ce que l’on n’est pas ! L’unique regard qui importe c’est le sien ; les autres s’y habitueront avec le temps !

portrait-1354356_1920

Si on vous le demande, ne changez surtout pas ! Quoi que vous pensiez, quoi que vous disiez, quoi que vous fassiez : cherchez toujours l’authenticité. Soyez authentiques, en harmonie avec vous-mêmes. Ne laissez pas les autres vous dicter les changements que vous seuls pouvez faire si votre cœur vous encourage à le faire. Ne cherchez pas à faire plaisir aux autres si on vous contraint à ne pas vous respecter et à faire passer votre plaisir personnel au deuxième plan. Restez sincères avec vous-mêmes et vous le serez également avec les autres. Et quoi de mieux que l’honnêteté et l’authenticité pour construire des relations solides et bienveillantes ? Nous changeons constamment chaque jour qui passe, naturellement. Le temps nous fait évoluer à notre rythme, de manière précipitée ou lentement. Qu’importe, le changement n’est ni bon ni mauvais ; il est inévitable. Le changement est l’essence de notre fil conducteur ; il nous permet d’avancer sur notre route sans percuter les passants qui traverseraient notre voie. Il nous aide à comprendre que, sans lui, nous ne pourrons arriver à la destination que nous nous sommes fixée. Sans changement : nous restons à l’arrêt. Il est notre ceinture de sécurité qui nous aide à rester vivants. Nous pouvons très bien ôter notre ceinture de sécurité mais, tôt ou tard, il nous faudra reprendre la route… et le voyage que nous entreprendrons pourrait bien nous changer à tout jamais ! Changer : oui ! Mais ayez toujours votre « essence » pour avancer !

boy-447701_1920

Rédigé par Leandro De Carvalho.

Avons-nous un destin ?

Il y a des événements qui nous tombent dessus et qui nous semblent inévitables. On pourrait alors se dire tout simplement que c’est le « destin », que cela devait se passer comme cela. Est-ce vraiment le « destin » ? Existe-t-il des événements pour lesquels nous n’y pouvons rien ? Ont-ils été écrits d’avance ? Quelle est notre marge d’action ? Je me suis longtemps posé ces questions car nous pouvons avoir beaucoup d’impressions de « déjà vu » ; combien de fois nous sommes-nous dits « Je savais que cela allait arriver » et c’est arrivé ; combien de fois avons-nous eu l’impression qu’un événement était inévitable et que nous ne pouvions rien faire pour l’empêcher de se produire ? Lorsque j’évoque auprès des autres l’hypothèse que nous avons peut-être choisi les grandes lignes de tout ce qui nous arrive avant même que nous venions sur Terre, cela provoque énormément d’indignation et de colère. Pourquoi ? Il nous paraît impensable d’avoir choisi notre physique s’il nous est désagréable ; il nous paraît impensable d’avoir choisi d’avoir un accident s’il nous a rendus paraplégiques ; il nous paraît impensable d’avoir décidé de mourir jeune et de laisser nos parents endeuillés ; il nous paraît impensable d’avoir choisi de vivre une vie rude et contraignante… Moi-même j’ai vécu des périodes difficiles et, bien sûr, comme tout le monde, il me paraissait impensable que j’aie pu les choisir ! Et, pourtant, un jour je me suis demandé : « Et si j’avais choisi ces événements difficiles ? Pourquoi l’aurais-je fait ? »

Un rôle à jouer

Un jour, j’ai compris pourquoi j’aimais tant le cinéma. Il reflète ce que je pense de la vie ici-bas. Lorsqu’on regarde un film ; nous savons que c’est un film et bien qu’il relate des événements tragiques, nous prenons plaisir à le regarder car l’histoire se révèle être une belle leçon de moralité à la fin. Nous avons conscience que ce sont des acteurs qui jouent à la perfection leur rôle, ce qui nous permet d’avoir un certain détachement bien que nous soyons touchés profondément au cœur. Nous comprenons le message du film que lorsque celui-ci est terminé et nous comprenons pourquoi il a été réalisé. Le spectateur ne voit pourtant que le résultat final, oubliant que le film ne s’est pas fait du jour au lendemain ! Il a bénéficié de plusieurs mois, voire des années, de préparation, de répétitions et il a été réalisé à l’aide de personnes qui avaient toutes la même intention : transmettre un beau message à la population. Ce qui importe dans un film n’est pas tant les événements tragiques qui arrivent mais la réaction des personnages principaux face à ces événements.

Eh bien, la vie pourrait exactement être à l’image d’un film ! Imaginez que nous ayons tous choisi les grandes lignes de notre vie… Je dis bien les grandes lignes car tout n’est pas figé dans l’échelle du Temps. La vie est en constant mouvement et tout change selon les pensées que nous émettons. Je pense que nous avons choisi notre famille, l’environnement dans lequel nous évoluons, et tout cela dans quel objectif ? Parvenir à notre évolution, enrichir notre âme. Cela ne veut pas dire que nous ayons choisi ce qui arrive aux autres, je pense que nous avons choisi d’être en leur présence pour éveiller notre conscience. Et il faut entendre par « choix » plutôt une force d’attraction qui nous pousse naturellement à être au « bon endroit » pour notre évolution. C’est comme lorsque nous rêvons et que nous faisons un cauchemar. Pourquoi faisons-nous un cauchemar plutôt qu’un beau rêve ? Parce que notre esprit est en proie à des idées sombres et elles prennent le contrôle de notre mental. La loi d’attraction s’opère sans aucun jugement, elle ne fait qu’exécuter ce que nous cultivons, d’où l’importance de nourrir son esprit de pensées bienveillantes et enrichissantes.

sunrise-1370528_1920

Pourquoi aurions-nous choisi le physique qui est le nôtre, la vie qui nous est propre si nous ne les aimons pas ? Là aussi, il faut se demander quelles sont nos véritables aspirations dans la vie et ce que nous attendons d’elle. Si vous souhaitez vivre une vie infiniment riche et que vous êtes nés dans une famille qui n’est pas riche, quel sens cela a-t-il ? C’est le contraire de ce que nous aurions voulu ! Oui, mais… réfléchissons… Si nous étions notre propre père et que nous portions un regard bienveillant envers notre enfant (en l’occurrence soi-même) et que nous sachions exactement les conséquences, les dérives et les avantages qu’engendre la richesse ; ne voudrions-nous pas que notre enfant grandisse avec les valeurs nécessaires pour qu’il ne soit pas détruit par son ambition première ? Quel meilleur apprentissage pour cet enfant que de commencer au plus bas de l’échelle ? Ne sera-t-il pas plus fier au final d’avoir vécu le prix de l’effort, d’avoir vaincu ses doutes, d’avoir été au-dessus de ses malheurs et d’avoir cru en lui coûte que coûte ? Ne sera-t-il pas plus respectueux de la valeur de l’argent et ne l’emploiera-t-il pas à bon escient en ayant compris et vécu les conditions d’une vie où l’argent manquait sévèrement ? Notre vie est un message au monde à transmettre autant qu’elle a un message à nous transmettre. Pourquoi certaines personnes ont-elles tout ce qu’elles désirent et ne sont-elles pas heureuses ? N’est-ce pas une opportunité pour elles de chercher la véritable richesse de la vie ailleurs que dans l’aspect financier ? Nous avons tous des leçons à apprendre de la vie et nos conditions, bien qu’elles puissent paraître sévères, nous poussent toujours à révéler le meilleur de nous-mêmes.

Tout a un sens

mountains-846076_1920

Même dans les pires moments, les événements n’arrivent pas pour nous punir ou pour nous détruire. Certes un drame, un accident, une maladie est toujours difficile à encaisser et à vivre avec positivisme. Dans ces moments-là, nous n’avons plus envie de sourire… Et, pour cause ; c’est comme si une partie de nous était en train de mourir. Ces événements tragiques exacerbent les liens qui nous unissent et révèlent notre caractère spirituel. Nous ressentons davantage la connexion qui a toujours été présente mais qui demeurait jusque là inconsciente. Nous ressentons la souffrance de l’autre comme si elle était nôtre, nous nous mettons plus facilement à la place de l’autre et regrettons que les événements se soient déroulés ainsi. Nous sommes impuissants et sommes en colère de ne pouvoir remuer ciel et terre pour n’avoir pu éviter la situation ou être capable de l’améliorer. Nous pouvons injurier la vie et nous demander pourquoi cela est arrivé à l’autre et pas à soi-même ? Ne culpabilisez pas ! Nous aurons beau nous poser toutes les questions possibles et repenser les circonstances autrement ; nous ne pouvons plus agir sur le passé, il nous faut construire et faire de notre mieux avec le présent.

Gardez à l’esprit qu’aussi tragiques que les événements puissent paraître, l’histoire ne s’achève pas ici et un jour nous comprendrons le sens de notre existence ici. L’esprit a un pouvoir illimité et n’est pas soumis aux limitations de la matière, il peut s’évader à tout moment et rejoindre d’autres sphères. Le moment où l’esprit décide de quitter cette Terre, ce n’est pas pour engendrer de la peine ou de la souffrance, pour l’esprit c’est une délivrance ; le retour à son essence. L’absence, le vide qu’il laisse derrière lui n’est pas fait pour demeurer « vide » mais plutôt pour vous inciter à VIVRE davantage et à combler le « vide » apparent. La mort nous rappelle à la vie et nous remémore que notre véritable « maison » n’est pas ici.

Tout événement tragique nous invite à redoubler d’énergie, à nous battre pour ceux qui sont encore en vie, à transformer cet événement négatif en positif… Un jour ou l’autre, nous devrons tous partir ; veillons à ce que notre présence ici soit bénéfique et que le départ de nos êtres chers soit un éveil de conscience pour tous ceux qui demeurent encore sur Terre.

footpath-691021_1280

pier-821570_1280

Il est possible que l’âme, avant même de venir sur Terre, ait choisi l’heure de son départ et certains événements propices à son évolution. Tout comme lorsqu’un acteur doit rompre un contrat qui l’engageait dans un film et que le réalisateur fait mourir son personnage pour le libérer de son engagement et ne pas perturber le déroulement de l’histoire. Nous savons pertinemment que l’acteur n’est pas « mort » en réalité, c’est uniquement le rôle qu’il interprétait qui ne figurera plus dans l’histoire racontée. La complexité et les mystères de la vie dépassent de loin la fiction, ce n’est pas par hasard que nous aimons tant ce moyen d’évasion que représente le septième art. Que nous ayons choisi ou non tout ce qui nous arrive ici-bas, le plus important est que nous sommes suffisamment forts pour affronter toutes les situations. Ayez confiance en la vie, elle vous a choisi pour interpréter un rôle important sur cette Terre et elle a confiance en votre capacité à surmonter les circonstances et à répandre de l’amour là où certains se laisseraient consumer par la haine. C’est notre réaction face aux événements qui nous permet de gravir un nouvel échelon dans l’échelle de l’évolution. Les êtres qui nous entourent ont également confiance en nous et savent que notre amour s’inscrit dans l’éternité du Temps. L’amour est éternel, ce monde est éphémère. Gardez cela à l’esprit ! Tout n’est pas écrit… nous avons le pouvoir de nous créer un bel avenir. C’est notre état d’esprit qui bâtit notre destin ; les choix que nous faisons aujourd’hui et les réactions que nous adoptons face à la vie construisent le monde de demain. Allez-vous reprendre le contrôle de votre vie ou laisser votre destin vous échapper des mains ? Que contrôlons-nous réellement si ce n’est notre pensée et attitude face aux événements de la vie ?

Ne prenons pas notre rôle trop à cœur, nous sommes tous des frères et sœurs qui sommes venus passer quelques heures avant de rejoindre notre véritable demeure. Notre destin est de baigner dans le bonheur… Quoi que vous viviez, quoi que vous pensiez ; n’oubliez jamais de préserver la bonté de votre cœur et d’être authentique, la vie est un voyage initiatique !

blue-259458_1280

Rédigé par Leandro De Carvalho.

Qui sont nos vrais amis ?

pretty-351884_1920

Nos amis jouent un rôle important dans notre vie et peuvent influencer chacune de nos pensées ou actions. Comment savoir qui est véritablement notre ami et qui ne l’est pas malgré les apparences ? Comment faire la différence ? Pourquoi certains amis décident de rompre le lien avec nous, du jour au lendemain, sans même que nous en comprenions le sens ? Qu’avons-nous fait ou pas fait pour que les événements se déroulent ainsi ? Quels éléments nous permettent d’être certains que nos amis sont de bons amis pour nous ? Que doit-on comprendre de ces ruptures inattendues ? Comment entretenir des relations sincères et durables ? Nos amis sont comme un reflet de notre image, veillons donc à ce que le miroir qu’ils nous projettent ne déforme pas notre véritable image.

Que révèlent les conflits à répétition ?

Nos amis nous aident dans notre développement personnel et sont au plus près de tout ce qui construit notre identité. Bien s’entourer permet d’évoluer dans un environnement qui sera propice à notre épanouissement. On ne compte plus les amitiés souillées par des disputes et des incompréhensions à répétition. Les désaccords en eux-mêmes ne représentent pas le cœur du problème ; nous pouvons avoir des disputes, elles font partie de la vie et aident à éclaircir des situations. Elles remettent de l’ordre dans nos communications. Mais, nous devons nous demander pourquoi nous nous disputons. La réponse est simple : parce que nous voulons avoir raison. Avez-vous déjà essayé de ne pas vouloir avoir raison ? Les tensions s’apaisent immédiatement. Demandez-vous ce qui est le plus important dans votre relation : avoir raison ou accepter que l’autre puisse penser différemment et le laisser libre d’avoir raison, s’il pense qu’effectivement il a raison ? Dans toutes les situations possibles : nul n’a complètement tort ni complètement raison. Tout est une question de point de vue et d’analyse du contexte. La dispute révèle un message important à chacun sur sa conduite et sa situation. A nous de savoir déchiffrer ce message et de prendre la dispute comme une bénédiction au lieu qu’elle envenime notre relation.

Sur la voie de la compréhension

seaside-1149430_1920

Se mettre à la place de l’autre est important. Déceler les inquiétudes de vos amis vous aidera à mieux prendre du recul sur la situation conflictuelle. J’ai une certaine sensibilité à détecter les interrogations de mes interlocuteurs et, pourtant, je m’abstiens d’émettre un quelconque jugement. Je ne donne mon avis bienveillant que lorsqu’il est demandé. La raison ? Nous n’entendons que ce que nous voulons entendre. Lorsqu’on pose une question, c’est que nous sommes prêts à entendre la réponse, bien que celle-ci ne nous soit pas toujours agréable à entendre et conforme à nos attentes. Nous devons accepter que nos amis aient leur propre façon de penser et d’agir sans intervenir brutalement. Nous ne pouvons que leur apporter notre bienveillance. Raison pour laquelle j’ai toujours encouragé mes amis sur leur choix de vie car je sais qu’ils ont besoin d’emprunter la voie qu’ils auront choisie pour s’épanouir. La voie que nous pouvons décider de suivre ne convient pas à tout le monde. Chacun a son propre chemin à suivre et nous ne pouvons que leur tendre la main lorsqu’ils en auront besoin. Quoi qu’il en soit : tout le monde emprunte la voie de la compréhension vis-à-vis de soi et du monde qui l’entoure. Un bon ami comprend les aspirations de ses amis, il pourra éventuellement les avertir des risques qu’ils encourent mais ne s’interposera jamais comme un obstacle à leurs envies. Il les encouragera à être les plus épanouis.

L’honnêteté

La sincérité dans une relation est essentielle mais elle a ses limites dans la conservation des bons rapports. Je m’explique : quand bien même nous ressentions l’envie d’exprimer nos doutes vis-à-vis d’un projet ou d’un sentiment qu’expriment nos amis, ce que nous exprimons ne relate que notre rapport à la vie. Nous leur exprimons nos émotions par rapport à ce que nous avons déjà vécu ou ressenti intimement. Notre expérience peut ne pas résonner dans le cœur de nos amis. Ne soyons donc pas étroits d’esprit lorsqu’ils décident de ne pas suivre nos conseils ; laissons notre jugement au placard et ouvrons davantage notre esprit. Nous avons tellement de choses à apprendre de nos amis… Acceptons qu’ils représentent une autre voie et prenons le meilleur de chacun. Uniquement le meilleur. Nous avons tous des défauts, comment se permettre de juger ceux des autres ? Être honnête avec soi-même et avec les autres va au-delà de dire ce qu’on pense au moment où on le pense car nos pensées peuvent être imprégnées par les échos de notre passé et notre avis peut alors manquer de discernement et d’objectivité. L’autre pourrait alors avoir l’impression qu’il se trompe de chemin. Qui sommes-nous pour juger si nos amis se trompent de chemin ? Les amis n’ont pas besoin d’entendre cela, ils ont juste besoin d’être soutenus sans aucun jugement négatif de notre part. Nous nous jugeons suffisamment de manière sévère pour avoir, de surcroît, des amis qui font office de barrière. Bien sûr, si nos amis décident d’aller là où nous-mêmes n’irions jamais cela peut nous générer un malaise et nous pouvons nous demander si nous sommes vraiment avec les personnes qui nous correspondent… Soyons honnêtes avec nous-mêmes : si nous ne pouvons dépasser notre malaise, il n’y a qu’une solution : partir ! Si nous ne pouvons être nous-mêmes avec nos amis en respectant leurs envies, nous ne sommes peut-être pas suffisamment honnêtes et la relation sera vouée à l’échec un jour ou l’autre. Nos vrais amis ne sont pas toujours ceux qu’on croit. Ils peuvent être ces inconnus que l’on croise parfois, ces voisines si avenantes avec qui nous discutons tous les matins, ces collègues de travail qui nous soutiennent à chaque fois que nous avons un problème… Et si on prenait davantage le temps d’apprendre à les connaître ? Nous pourrions trouver en eux de véritables amis…

Une relation harmonieuse

girl-1208307_1920

Un bon ami est sincère avec lui-même et avec les autres, il assume pleinement sa façon d’être et ne nous montre pas un visage pour nous plaire. Il pense et agit en cohérence avec lui-même et veille à ne jamais heurter l’autre consciemment. Il est bienveillant et sait reconnaître ses torts lorsqu’il a exprimé ses éventuelles rancœurs. Une vraie amitié n’est pas souillée par les événements du passé, elle se concentre sur l’instant présent et ne craint pas l’avenir. Dans une relation harmonieuse, les amis savent parfaitement le rôle qu’ils ont pour chacun et il n’y a aucune concurrence car la complémentarité est prépondérante. Aucun membre n’empiète sur l’épanouissement personnel de l’autre. Les vrais amis aspirent à maintenir une relation sereine et épanouie. Ils se demandent conseil, se racontent leurs déboires ou expériences de vie et partagent leurs émotions sans a priori, sans crainte d’être jugé d’un mauvais œil. Ils savent que leurs amis sont comme des anges gardiens qui veillent sur leur vie. Les personnes qui mettent fin à une relation du jour au lendemain sont tout bonnement en désaccord avec notre façon d’être et manière de vivre ou bien ont besoin de prendre des distances pour être davantage en harmonie avec elles-mêmes. C’est simplement que leurs aspirations ne sont plus en résonance avec les nôtres. Nous devons nous rendre à l’évidence que, parfois, la relation a pu ne pas être gouvernée par l’authenticité malgré nos espérances. Laissons-les partir sans rancune ! Nous attirons à nous les meilleures personnes qui nous révèlent à notre être profond. Pourquoi leur courir après ? Si elles s’en vont de notre vie c’est pour une bonne raison : pour être en harmonie avec soi-même. Il nous faut accepter que certaines relations durent un certain temps et d’autres durent plus longtemps. Nous devons simplement veiller à ce que la qualité de nos relations soit la meilleure possible pour qu’elle ne soit pas un frein à notre développement. Une bonne relation est naturellement équilibrée ; nul ne ressent qu’il en donne « trop » et l’autre « pas assez ». Chacun donne le meilleur de soi-même du mieux qu’il peut et il n’y a aucune remarque de dévalorisation. Tout est en parfaite harmonie. Et les bons amis savent se rapprocher de leurs vrais amis quand ils ont compris qu’ils n’étaient pas leurs ennemis… Le seul ennemi, parfois, n’est autre que soi-même ! Mais cela, seul le temps nous le révèle…

life-863187_1920

Nos véritables amis peuvent être discrets et ne pas se montrer envahissants dans notre vie. Ils ne sont pas toujours présents et, pourtant, nous ressentons leur présence au quotidien. Nous pourrons toujours compter sur eux pour nous conseiller de manière bienveillante et ils nous laisseront libres d’agir. Les vrais amis respectent notre libre-arbitre et ont de l’estime pour nous. Ils acceptent notre différente manière de penser et prennent nos conseils comme des précieuses pensées pour mieux avancer ou être éclairés sur leurs propres décisions à prendre. Un conseil bienveillant, même s’il n’est pas suivi, peut nous amener à éveiller notre conscience sur une autre possibilité que nous n’avions jusqu’alors même pas envisagée. L’intention est la plus importante. S’abstenir de tout jugement blessant l’est tout autant pour maintenir une relation sereine et sans encombre avec ses amis. Il ne s’agit pas de ne pas dire ce que l’on pense mais de le dire de manière bienveillante, en éclaircissant toutes les zones d’ombres de nos mésententes pour ne pas laisser les non-dits prendre le dessus sur nos relations et créer des incohérences.

Mes amis m’inspirent au quotidien ; un simple coup de fil, une discussion, un conseil bienveillant ou une attention particulière font ressortir le meilleur de moi-même et m’orientent naturellement à les remercier d’être présents dans ma vie. Nos vrais amis sont comme des travailleurs de l’ombre ; ils nous guident vers la lumière quand tout est sombre ; ils s’illuminent comme un soleil radieux lorsqu’il pleut dans notre cœur ; ils nous reflètent ce qu’il y a de meilleur en nous et se réjouissent de notre bonheur car nous faisons également partie du leur. Si vos amis vous blessent davantage qu’ils ne vous apaisent, allez voir ailleurs ! Les vrais amis sont des trésors et ils nous offrent sans retenue toute leur richesse intérieure…

girls-839809_1920

Rédigé par Leandro De Carvalho.

Quel est le sens de notre vie ?

C’est une grande question ! Question que nous pourrions également formuler ainsi : quel est le sens que nous voulons donner à notre vie ? De telles interrogations impliquent une grande connaissance de soi et une profonde remise en question. Je sais combien il nous est difficile de nous remettre en question et de faire notre introspection mais c’est un parcours essentiel pour acquérir une vision de soi très claire. Qui n’a jamais souhaité que tout lui paraisse limpide, évident ? Qui n’a jamais souhaité ne pas se laisser envahir par ces doutes qui nous donnent l’impression de stagner et de ne pas comprendre ce pourquoi nous sommes nés ? La plupart des gens n’aiment pas réfléchir, préférant à cela se divertir. Eh bien, laissez-moi vous dire qu’au bout du chemin de la réflexion se trouve la source du divertissement et de l’accomplissement. La réponse à cette grande question de la vie vous libérera de tout ce qui vous empêche de vivre pleinement et de vous amuser non pas pour oublier vos peines mais pour célébrer vos joies internes.

L’urgence de vivre

Il est tout à fait naturel que nous passions notre vie à vouloir nous faire plaisir continuellement. Ceux qui maîtrisent l’art de la communication et du divertissement le savent bien : l’être humain est en constante quête de tout ce qui peut lui procurer du plaisir. Nous désirons tous oublier les soucis du quotidien, cesser de réfléchir, vivre avec un peu de légèreté et se couper de la « réalité ». La réalité c’est que nous pourrions vivre dans cet état d’apaisement de manière permanente au lieu que cet état-là se présente de manière ponctuelle. Alors pourquoi ne prenons-nous pas le temps d’apprendre à vivre en toute sérénité pour profiter et apprécier pleinement les exaltants et doux moments de notre vie ? Pourquoi laissons-nous les événements diriger notre vie au lieu d’être maître des événements ? Pourquoi sommes-nous tout le temps dans l’urgence, pressés de vivre ?

splash-863458_1920

Le monde avance à un rythme frénétique et à une vitesse fulgurante. Tout le monde n’est pas prêt à suivre ce rythme et il peut être la cause de bien des souffrances psychiques et physiques. Nous nous contentons de prendre un médicament qui va nous apaiser momentanément ou bien nous prenons rendez-vous chez le psychologue pour savoir si quelque chose ne tourne pas rond chez nous et comment faire pour mieux nous adapter à la société actuelle. Ce n’est pas NOUS, au fond, qui avons un problème ! Le monde va trop vite et les causes premières sont le rendement et les questions financières. Où se situent le bien-être personnel et l’épanouissement de notre être là-dedans ? On pourrait penser, non sans raison, que la société souhaite entretenir notre mal-être et nous propose des solutions éphémères, comme si elle voulait réellement notre bien-être ! C’est une hypocrisie des temps modernes ! Cela ne fait qu’alimenter les affaires rentables et nous dépouiller de nos ressources financières ! Et si la solution était simplement de ralentir, de prendre du temps pour soi et de faire des choix qui vont nous faire plaisir le long de notre vie ? Simple, me diriez-vous ! Nous ne pouvons changer la société actuelle mais nous pouvons affirmer notre désir de ralentir, d’agir autrement ; pour notre bien-être et non pas pour le rendement. L’être humain devrait toujours passer au premier plan. L’être humain est la véritable source de richesse. Ceux qui ne lui accordent pas l’importance nécessaire courent à leur perte !

Demandez-vous qu’est-ce qui est le plus urgent ? Beaucoup répondront : la santé. En effet, et la santé implique la santé mentale et physique. Si notre esprit n’est pas bien traité, comment pourrions-nous découvrir et savourer le sens de notre vie ? Pensez-vous sincèrement que le sens de notre vie est d’avoir un travail, une maison, une famille, des enfants, « gagner » sa vie convenablement, vieillir pour ensuite mourir et se rendre compte que la vie est passée rapidement ? Tout cela fait partie de nos choix respectifs, ce sont des étapes que nous décidons de vivre ou non mais, en aucun cas, cela ne définit le sens de notre vie. Que nous le voulions ou non, à chaque étape, nous devons faire des choix. Et ces choix nous invitent à nous poser les bonnes questions. De ces choix vont découler des pensées et des actions qui vont ériger notre vision future. Des choix que nous devrons assumer toute notre vie. Rien n’est figé dans la nature, le monde est en constant mouvement et aspire au changement. Vous êtes l’être le plus important avec lequel vous allez passer le restant de votre vie. N’est-il pas urgent de prendre son bien en cours de traitement ?

La quête du plaisir

Le plaisir est l’appât qui est utilisé régulièrement pour détourner notre attention de ce qui compte réellement dans notre vie. Combien de fois avons-nous acquis quelque chose dont nous n’avions pas réellement besoin ? On nous a fait croire le contraire ou bien nous nous sommes persuadés, à tort, que nous en avions besoin alors nous l’avons acheté et cela ne fait que nous encombrer davantage ; d’où l’importance de bien reconnaître ce qui nous fait plaisir, ce qui nous est futile, et ce dont on a vraiment besoin. Pourquoi ? Notre vie en sera beaucoup plus allégée ! Nous perdrons ainsi l’anxiété, le stress, l’envie de consommer pour consommer, les doutes ravageurs, le besoin de prouver notre valeur, le sentiment de manque et nous gagnerons à exprimer toute notre confiance, notre bien-être, nos désirs, nos émotions exaltantes, notre richesse intérieure, notre essence. La clarté passe par le plaisir et la bienveillance. Témoignons de la tendresse envers nous-mêmes, apportons une réponse à ces questionnements qui nous assènent l’esprit et nous pourrons commencer une toute nouvelle vie ! De quoi avons-nous peur ; que tout aille pour le mieux ?

« On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on en a qu’une. » Confucius

Notre propre plaisir nous élève dans un état de conscience supérieur à celui de la souffrance et de la pauvreté. Notre plaisir nous révèle notre « moi » exempté des tiraillements de notre subconscient. Au cœur du plaisir, nous ne sommes plus embrumés par les notions de temps et d’espace. Le plaisir est un moyen qui nous connecte à notre essence ; il nous relie à l’Univers. Pourquoi sommes-nous si nombreux à être toujours en quête du plaisir ? C’est notre état naturel. Il nous ressource, recharge nos batteries épuisées, nous donne de l’énergie. L’énergie pour quoi ? Pour vivre notre vie !

Vivre en toute conscience

N’avez-vous jamais pensé que nous étions peut-être sur Terre pour faire une « pause » ? Et si la Terre n’était autre qu’une grande aire de repos où nous devons faire le point sur notre vie et en trouver le sens ? Et si la vie n’était qu’un grand jeu de rôles où nous devons assumer pleinement le nôtre et aller au bout du parcours pour atteindre notre meilleur « niveau » de conscience ?

Lorsqu’on parvient à modifier son niveau de conscience pour un niveau plus élevé ; nous pouvons nous rendre compte que la vie est riche de sens à tous les niveaux ! Cela signifie-t-il que l’on doive uniquement vivre qu’au niveau de conscience le plus élevé ? C’est une question que je me suis posée et j’en ai convenu que tous les niveaux de conscience sont à notre portée ! La vie est riche de sens et nos sens nous permettent de la vivre de manière consciente et inconsciente. A nous de décider quels niveaux nous souhaitons davantage explorer ! Comment voulons-nous trouver le sens de notre vie si nous n’osons pas l’expérimenter en tout état de conscience ?

Est-ce un hasard si les métiers les plus rémunérateurs concernent ceux qui nous divertissent ? Je pense notamment à certains chanteurs et aux footballeurs, par exemple. Ils figurent parmi les personnes les plus riches de la planète. Que font-ils ? Ils prennent du plaisir à se divertir et à nous divertir ! Je ne dis pas qu’ils ne le méritent pas, bien au contraire ; nous le méritons tous ! Et peut-être que les choses sont ainsi pour nous ouvrir l’esprit et nous inviter, nous aussi, à nous épanouir dans ce qui est pour nous une source de plaisir ou d’amusement. Vivre en pleine conscience vous donnera accès à votre propre révélation.

La révélation

Je suis intimement convaincu que le sens de notre vie est de nous réaliser, de nous révéler, de nous apaiser, d’être heureux et de nous épanouir. Nous sommes nombreux à attendre que la réponse nous vienne de l’extérieur alors qu’elle se trouve, en réalité, à l’intérieur de nous. C’est à la portée de tout le monde. Comment avoir, dès lors, sa propre révélation ?

Notre cerveau est envahi de millier d’informations au quotidien. Nous avons souvent du mal à les trier et à pouvoir réfléchir en toute clarté lorsqu’on se pose une simple question. Alors, j’imagine la difficulté de répondre à une question aussi complexe que celle de trouver le sens de sa vie. Comment ai-je fait pour trouver la réponse ? Je n’ai rien fait ! Oui, vous avez bien lu : je n’ai rien fait ; la réponse m’a apparue comme une « révélation » le jour où j’ai décidé de lâcher-prise et cessé de tout vouloir contrôler. Le jour où j’ai arrêté de chercher, où j’ai pu mettre mon cerveau en « veille » : tout est devenu plus clair ! Je savais que l’écriture était mon domaine de prédilection. Et pour cause, elle m’a sauvé la vie dans bien des situations ! Je ne m’en rendais même pas compte tellement j’étais préoccupé par d’autres choses comme celles de savoir qu’allait être mon avenir, comment allais-je faire pour « gagner » ma vie… Je me suis alors rendu compte des bienfaits de la méditation.

meditation-1287207_1920

La méditation, ce rendez-vous que j’ai quotidiennement avec moi-même, m’a fait prendre conscience que j’avais déjà « réussi » ou « gagné » ma vie ! Comptabilisez toutes les fois où vous avez été fiers de vos progrès, de vos succès, où vos actes étaient en cohérence avec vos pensées et où vous avez eu des plaisirs qui vous ont fait goûter ce qu’était la plénitude. C’est déjà une réussite ! Le sens de la vie n’est pas de « gagner » sa vie mais bien que la vie vous « gagne ».

La vie souhaite vous voir briller, triompher. Elle souhaite que vous vous révéliez. Prêtez-lui attention et elle vous enverra ses meilleures intentions. Si vous ne vous aimez pas, si vous n’aimez pas votre situation ; donnez-vous la chance d’apprendre à vous aimer, d’apprendre à aimer la vie et aller vers ce qui vous donne envie de vivre. N’attendez pas une révélation, soyez la révélation ! Le sens de notre vie est celui qu’on veut bien lui donner. Qu’allez-vous donner à la vie pour que celle-ci soit riche de sens ? La vie est faite pour « VIVRE », ça, c’est une évidence ! Alors, VIVEZ !

Rédigé par Leandro De Carvalho.

La voix de notre intuition

candle-1042087_1920 (1)

Elle est omniprésente. Elle se manifeste subtilement tel un coup de vent pour ne pas trop nous refroidir et imprègne en nous un sentiment bienveillant. Nous ne savons pas toujours pourquoi nous devons l’écouter mais nous le faisons naturellement, comme un instinct de survie. La voix de notre intuition nous conseille, nous guide et nous protège. C’est plus fort qu’elle, même si on ne lui a rien demandé ; elle sera tout le temps de bon augure, attentive à nos moindres mésaventures. C’est une amie qui nous veut du bien et nous soutiendra, quel que soit notre chemin, pour peu que nous acceptions de nous taire et d’être à l’écoute de sa voix sincère. La voix de notre intuition éclaire notre propre voie.

Il y a-t-il vraiment une « mauvaise » voie ?

car-722255_1920

N’ayez pas peur de suivre une « mauvaise » voie. Les chemins qu’on emprunte ne sont mauvais qu’en apparence. Ils ont tous leur raison d’être et aspirent à construire et consolider notre esprit pour le préparer à vivre le meilleur. Nous suivons telle ou telle voie parce que notre intuition nous oriente à aller à un endroit plutôt qu’un autre ; et c’est très bien ainsi ! Suivez les conseils de cette voix qui vous guide ! Faites confiance à votre intuition ; elle ne veut que votre bien. Nous nous retrouvons bien trop souvent dans une mauvaise situation parce que nous avons ignoré la voix de l’intuition au détriment de la voix de notre raison. Le jugement sévère et le regard critique des autres peuvent également nous freiner à suivre notre voie. Ne les écoutez pas !

water-731430_1920

Demandez-vous, par ailleurs, les qualités et les aptitudes que vous admirez chez votre entourage ou chez les autres, en général. Je me suis rendu compte de cette évidence : ce que nous aimons chez les autres est le reflet de ce que nous souhaitons pour nous-mêmes. Et ce, sans oser développer les qualités qu’ils ont et qu’on pense ne pas pouvoir acquérir, à son tour ! Sachez que : les qualités que vous admirez chez les autres vous les possédez aussi ! Nous sommes inconsciemment attirés vers les personnes qui nous ressemblent le plus et qui évoquent nos aspirations profondes. Combien d’entre nous ont des amis qui possèdent les mêmes qualités et ont des points communs entre eux ? Combien d’entre nous ont secrètement des passions et attirent vers eux des personnes qui vivent justement leur passion à fond ou, du moins, qui leur accordent de l’importance mieux que nous ne le faisons ? Ne soyez pas étonnés de constater, par ailleurs, que vos amis veuillent faire la même chose que vous ; ne soyez pas en colère pour cela ! C’est tout à fait normal et dans la logique des choses puisque nous sommes tous une source d’inspiration pour les autres et notre exemple résonne dans la conscience de ceux qui sont appelés à suivre leur voie.

amb flower2

Soyez ravi d’être inspirant et de voir vos proches inspirés ! Encouragez-les à suivre leur voie même si elle est similaire à la vôtre ; n’y voyez aucune concurrence ou barrière à votre propre développement. Il y a de la place pour tout le monde et chaque personne a sa singularité à offrir au monde. Créez avec eux un cercle vertueux où vous pourrez devenir complémentaires plutôt que des adversaires ! Il n’y a pas véritablement de « bonne » ou « mauvaise » voie ; il y a la voix qu’on décide d’écouter et celle qu’on décide de suivre !

Cultiver nos différences

flowers-827014_1920

Pour trouver véritablement votre voie, demandez-vous ce que vous faites naturellement au quotidien sans vous en rendre compte. Ne vous demandez pas si cela peut devenir un métier ou si cela peut vous faire vivre ! Cela vous fera vivre si vous le vivez en toute authenticité avec la meilleure des intentions : l’amour. Cela n’exclura pas le travail que vous devrez fournir pour y arriver ; personne n’a dit que cela serait facile. Mais, croyez-moi, les difficultés surmontées, vous serez pleinement satisfaits, accomplis et en harmonie.

coast-1030842_1920

Je réponds souvent à ceux qui me demandent si j’arrive à vivre de ma passion : « Je ne vis pas de ma passion, c’est ma passion qui vit de moi ! » Si vous n’avez pas d’économies de côté, au début les résultats ne seront peut-être pas aussi grands que vous l’auriez espéré mais laissez-vous le temps de prospérer. Votre véritable voie a juste besoin que vous lui accordiez votre confiance. Si vous passez votre temps à chanter sous votre douche et que vous aimez cela, peut-être devriez-vous envisager de prendre des cours de chant ou vous orienter dans cette direction. Si vous aimez écrire : écrivez des livres et tentez votre chance ! Si vous aimez la décoration, pourquoi ne pas envisager d’être décorateur d’intérieur ? Qui sait si vous n’avez même pas essayé ? Tentez l’expérience ! Le marché est rude et les places sont chères ? Ne vous préoccupez pas de cela, ce n’est pas le vrai problème ! Vous pourrez trouver toutes les excuses du monde ; vous pourrez avancer lorsque votre ambition trouvera des solutions plutôt que des excuses.

Ce qui compte le plus c’est de savoir ce qui vous rend heureux et ce pour quoi vous seriez prêt à affronter tous les obstacles en sachant que votre bonheur est à la clé ! Ne faites pas un choix de vie que vous regretterez à la fin de votre vie ! Soyez heureux, cherchez tout ce qui cultive votre félicité et vous attirerez à vous les meilleures situations pour vous aider dans votre voie – qui s’annoncera être une source de richesse à tous les niveaux. Si vous broyez du noir et que vous n’avez toujours pas un brin de lumière ; demandez-vous comment vous vous voyez dans 20 ans ? Comment vous imaginez-vous ? Commencez, dès maintenant, à travailler en direction de vos rêves et profitez pleinement de l’instant présent pour vivre comme vous le souhaitez. Gardez une vision de l’avenir sans être à l’affût des résultats qui sont à venir. On ne peut pas tricher avec la vie. Si vous voulez les meilleurs résultats, offrez le meilleur de vous-même. Vous aurez les résultats à la hauteur de votre investissement. Combien de fois avons-nous pensé être au top de notre investissement personnel et les résultats n’étaient pas satisfaisants ? Vous pouvez bien vous dire que c’est la faute des circonstances ou assumer votre part de responsabilité et reconnaître que nous n’avez pas su faire la différence. Exaltez votre différence ! Montrez ce qui vous rend différent et partagez-le avec enthousiasme et générosité. Ne faites pas d’économies d’énergie ! Il faut donner le meilleur de soi-même, au-delà de ce que nous avons déjà pu faire ! Faites mieux !

Trouver sa voie n’est pas uniquement une direction où il nous faut aller ; c’est un cœur qu’il nous faut écouter, un monde qu’il nous faut ordonner, un mode de vie qu’il nous faut adopter, une paix intérieure qu’il nous faut retrouver, des rêves qu’il nous faut nourrir, des rencontres extraordinaires qu’il nous faut accueillir, un voyage qu’il nous faut entreprendre, un temps qu’il nous faut prendre et un amour qu’il nous faut donner sans rien attendre. Au fond de nous, nous savons qui nous sommes et la voie qui nous est destinée. Laissez-la se manifester, suivez-la et levez le voile sur votre véritable identité ! Suivez le chemin de l’authenticité et vous trouverez votre voie, en toute simplicité. Gardez, cependant, à l’esprit qu’au bout du chemin vous aurez non pas emprunté une seule voie mais bien plusieurs et c’est qui fortifie la base de notre richesse intérieure ! Et si nous décidions, enfin, d’écouter notre voix intérieure ?

lion-1141303_1920

Rédigé par Leandro De Carvalho.

Comment trouver sa propre voie ?

 landscape-749680_1280

C’est une question qui nous importe énormément et nous pouvons passer un bon nombre d’années sans avoir une réponse claire. Et pourtant, notre voie nous est rappelée à chaque instant par notre entourage proche, notre environnement et certains événements qui nous arrivent sans même que nous en comprenions le sens. Comment peut-on faire pour comprendre ces événements et déchiffrer le message qu’ils veulent nous communiquer ? Comment reconnaître les aptitudes dont nous n’en avons pas encore conscience ? Comment savoir si nous pouvons exceller dans cette voie plutôt qu’une autre ? Pourquoi passons-nous par d’autres étapes avant d’arriver à ce qui est le mieux pour nous ? Pourquoi ignorons-nous le sens des événements qui nous arrivent, et pourquoi refusons-nous d’admettre l’évidence ? Trouver sa voie implique, en effet, qu’elle nous paraisse comme une évidence. Quelle est cette évidence ?

Un retour aux sources

Pour savoir quelle est cette évidence que nous attendons impatiemment de voir surgir devant nos yeux, nous devons remonter à la source de notre enfance. Pensez à ce que vous aimiez faire quand vous n’étiez qu’un enfant, un petit être innocent qui ne pensait qu’à s’amuser et qui avait déjà des goûts bien affirmés. Vous souvenez-vous ?

Ce n’est que vingt-sept ans après ma naissance que je me suis posé cette question et que j’ai pu constater qu’à l’âge de cinq ans que ce que j’aimais faire c’était dessiner. L’écriture est venue un peu plus tard mais je vous expliquerai dans quelle condition et vous comprendrez en quoi les événements peuvent nous faire changer radicalement de direction. Eh bien, figurez-vous qu’à cet âge-là j’avais même remporté le deuxième prix d’un concours d’illustration ! Tout cela, je l’avais complètement oublié avec les années jusqu’à ce que j’aie eu la « révélation » de reprendre le dessin et l’écriture. Bien évidemment, beaucoup d’enfants dessinent à cet âge-là, me diriez-vous, et tout le monde n’est pas fait pour entamer une carrière de dessinateur ou d’écrivain. Cependant, durant l’enfance nous savons exactement ce que nous aimons faire et nous ne nous posons aucune question quant à savoir si notre amusement peut devenir un métier ou non.

girl-535251_1920

L’amusement est le travail de l’enfant. A l’âge adulte, nous pensons à tort que nous ne pouvons pas avoir un travail qui nous amuse, il faut qu’il soit avant tout rémunérateur. C’est une autre croyance totalement fausse ! Notre travail doit être amusant, il doit nous faire oublier les heures qu’on lui consacre aveuglément et avec grand plaisir, il doit être une source d’épanouissement et de bien-être. Se souvenir de ses rêves d’enfant peut nous aider à trouver notre « voie », à condition de savoir écouter la voix de son enfant intérieur.

Le sens de notre cheminement

dolphins-945410_1920

Pendant sept ans j’ai consacré ma vie à exécuter un travail qui n’était pas fait pour moi, et ce malgré mes capacités à exceller dans le milieu de la restauration. C’était un travail alimentaire, comme on dirait communément. J’ai fait le travail, pour lequel je m’étais engagé, du mieux que j’ai pu bien que mes passions dévoraient mon esprit et tiraient la sonnette d’alarme pour me dire que je n’étais pas à la place qui me correspondait le mieux. Et, combien de fois les clients que je servais me répétaient-ils, non sans raison : « Tu n’as rien à faire là ! » Non pas parce que j’étais un mauvais serveur mais parce qu’ils estimaient, mieux que moi, que j’avais des aptitudes que je pouvais utiliser dans un domaine autre que celui de la restauration.

J’ai alors décidé de créer mon entreprise de photographie ; un domaine qui m’était totalement inconnu avant que je décide d’un coup de tête d’investir dans un appareil photo professionnel. Une folie selon mes proches ! Je ne me suis pas laissé décourager et, confiant, la photographie a considérablement arrondi mes fins de mois. C’était devenu une manière de m’évader du quotidien mais je ressentais, au fond de moi, que ce n’était toujours pas ma véritable « voie ». Néanmoins, lorsqu’une idée me traverse l’esprit : je suis cette idée, je me donne au maximum, je vais jusqu’au bout des choses et je vois où elle veut m’emmener.

book-863418_1280

Je vais vous confier un autre secret : je n’ai jamais aimé lire et écrire avant l’événement de ma première déception amoureuse. Les sentiments qu’elle avait provoqués en moi m’avaient poussé à écrire mes émois, comme une thérapie et un exutoire. Et vous savez quoi ? C’était un mal pour un bien car qu’est-ce que j’ai aimé écrire ! J’ai compris, au terme de deux années de souffrance où je me suis soigné grâce à l’écriture et à la lecture, que cette fibre littéraire était en moi depuis toujours et que je ne le savais même pas.

A l’adolescence, j’ai été convaincu que je voulais absolument être réalisateur de films et cette idée a perduré une bonne dizaine d’années durant laquelle j’ai fait une école de cinéma, j’ai réalisé plusieurs courts-métrages dont trois que j’ai présentés au prestigieux festival de Cannes et j’ai vécu cette passion en dépassant constamment mes limites. Était-ce ma voie ? J’en suis toujours convaincu : je devais passer par là. Depuis toujours j’ai écrit des histoires que je voulais partager avec le monde. Elles prenaient la forme de scénarios et de story-boards car je désirais à tout prix qu’elles soient racontées sous forme de films. Peut-être voyais-je trop loin et souhaitais sauter les étapes. Je voulais aller trop vite ! J’étais pressé et dans l’urgence. J’étais convaincu d’envisager ma carrière sur le long terme mais je n’exécutais que des actions qui donnaient uniquement des résultats sur le court terme. En fait, la vie avait conscience que j’étais un homme pressé et elle répondait à mon besoin d’urgence ; elle allait dans mon sens !

beach-768642_1920

Que nous désirions bâtir une carrière dans la médecine, dans la finance, dans l’artisanat ou bien dans l’artistique, peu importe, la vie ne nous refusera rien ; elle trouvera toujours des moyens subtils de nous rappeler que nous avons une autre voie que nous pourrions suivre si nous ne craignions pas de tout perdre et de se réinventer. Quels que soient les choix que nous décidons de faire, à contrecœur ou non, notre « voie » profonde saura se faire entendre et capter notre attention. Ce qui nous importe, alors, c’est de ne pas perdre trop de temps à la découvrir. Ceci étant, tout vient en temps et en heure. Si nous refusons de voir l’évidence, c’est simplement que nous ne sommes pas prêts, que nous devons passer par d’autres chemins avant d’arriver à cette prise de conscience qui changera notre vision. Notre propre voie se trouve là où nous serions sans toutes les limitations financières, psychologiques ou physiques ; elle est là où nous serions heureux, tout simplement. Que feriez-vous si vous n’aviez aucune limite ? Faites-le ! Toutes les expériences de la vie nous préparent à accueillir le meilleur ! La vie va toujours dans notre sens ! Et quand bien même nous nous égarions : on s’égare pour mieux se retrouver. Toutes les voies mènent à soi.

Rédigé par Leandro De Carvalho.

Pourquoi est-ce que je ne trouve pas le grand amour ?

sunset-731311_1920 Nous sommes nombreux à désirer connaître enfin le grand amour, celui avec un grand A. Que nous y croyions ou non, nous l’attendons tous inconsciemment. Quelle est cette personne qui fera chavirer notre cœur et nous faire comprendre pourquoi cela n’a jamais fonctionné avec une autre ? Pourquoi n’ai-je que des rencontres à l’opposé de mes attentes ? Comment savoir si c’est de l’amour ou non ce que je ressens envers quelqu’un ? Qui me dit que c’est mon grand amour ? Comment pouvons-nous en être certain ? Bien des personnes cherchent en l’âme sœur quelqu’un qui les complète, ressentant un vide à combler ou des blessures à panser. Nous souhaiterions trouver quelqu’un qui nous fasse oublier toutes nos mauvaises expériences et qui soit la personne dont nous avons toujours rêvé, telle une évidence. Nous pouvons nous sentir prêts à accueillir ce grand amour et, pourtant, nous l’attendons toujours… alors, la question que nous pourrions nous poser est : « Pourquoi est-ce que je ne trouve pas le grand amour ? »

Être authentique

sun-in-hand-693382_1920

Tout d’abord, la qualité que nous devons conserver et qui me paraît indispensable pour trouver le grand amour est : l’authenticité. Qu’est-ce que cela veut dire ? J’entends par là qu’il peut y avoir un énorme fossé entre nos aspirations et nos agissements. Je m’explique : moi, par exemple, j’ai toujours été un grand romantique. Ai-je agi en tant que tel ? Pas tout le temps ! Au début de ma jeunesse, j’étais resté moi-même et je montrais davantage mes sentiments. Seulement, après avoir accumulé les innombrables déceptions amoureuses, force est de constater que je me suis dénaturé. J’ai alors commencé à agir de manière contraire à mes valeurs profondes. J’ai voulu m’adapter à cette culture de l’hypersexualisation qui nous est suggérée à outrance sur tous les supports ! Nous ne pouvons y échapper ; avoir une sexualité riche et diversifiée est devenu un modèle de réussite sociale et une source de bien-être ! Du moins, c’est ce qu’on veut nous faire croire ! Je ne porte aucun jugement sur les différentes pratiques de la sexualité qui sont propres à chacun, loin de là. J’attire uniquement l’attention sur l’importance de conserver ses propres valeurs. Ne nous laissons pas influencer par les opinions d’autrui qui ne sont pas en cohérences avec nous-mêmes, juste pour que nous soyons mieux acceptés par la société. Pour cela, nous devons nous demander ce qu’on pense réellement de l’amour ; comment l’envisageons-nous et quel est notre rapport à l’amour…

De nos jours, on voudrait nous faire croire que notre idéal est inatteignable, que nous devons revoir à la baisse nos idéaux et faire des efforts pour nous adapter aux personnes que nous rencontrons. Et si nous faisions plutôt des efforts pour rencontrer LA bonne personne qui nous correspond ? Se contenter des rencontres passagères qu’on croise sur notre chemin n’est qu’une solution éphémère et elle ne nous satisfera jamais à la hauteur de nos aspirations profondes. Réfléchissons à la personne qui serait pour nous « idéale ». Nous en avons tous forcément une image dans l’esprit. Faisons appel à cette image ; à quoi ressemble-t-elle ? Si physiquement cette image nous importe peu ; concentrons-nous sur ses qualités, ses valeurs intrinsèques. Est-elle honnête ? Fidèle ? Remplie de bonnes intentions et à notre écoute ? Pourquoi nous dirigeons-nous vers des personnes qui ne reflètent que très peu les qualités que l’on voudrait voir se manifester en elles ? Sommes-nous réellement honnêtes avec nous-mêmes lorsqu’on se contente de quelqu’un qui ne répond pas à nos critères ? Restons authentiques, c’est la seule manière de rencontrer cette relation idyllique que nous rêvons secrètement.

shore-336578_1280

Toutes nos relations sont imprégnées des échos de notre passé. Vous êtes-vous demandé pourquoi tel type de personne nous plaisait davantage qu’une autre ? Quel trait physique ou de caractère évoque-t-elle pour nous ? Bien souvent, ces rencontres nous renvoient à notre premier amour ou des relations qui ont su laisser leur empreinte dans notre cœur. Nous devons absolument reconnaître quels sont ces échos de l’amour pour ne pas reproduire continuellement nos schémas antérieurs. L’accueil de notre « nouvel » amour doit être épuré de tous les ressentiments et de toute blessure à panser. Nous devons être notre propre pansement. Sinon : toute rencontre faite avant pourrait bien n’être utile qu’à entretenir la paix illusoire de nos écorchures. Bien sûr le grand amour se moque de tout cela ; il n’a aucun jugement, surmonte tous les conflits et vous accepte dans l’intégralité de votre être. Néanmoins, nos blessures restent des plaies ouvertes qui peuvent abîmer la qualité de notre relation, jusqu’à la voir disparaître dans le pire des cas (ou le meilleur des cas – qui nous révélera que ce n’était pas LA bonne personne). Quoi qu’il en soit : ne paniquez pas ! Toute rencontre nous est bénéfique : elle a le don de nous éclairer sur notre situation, de nous faire comprendre que nous devons consacrer du temps pour soi, se recentrer sur ses ambitions et retrouver notre authenticité.

blonde-677779_1280

La rupture met en évidence ce qui importe dans notre existence. Elle peut être blessante mais ce n’est que pour nous rapprocher davantage de notre essence. C’est un mal pour un bien ! Nous pouvons nous épargner cette souffrance si nous respectons notre authenticité et attirer ainsi à soi des rencontres qui sauront nous combler de joie et où nous serions surpris de voir tout le bien qu’elles font jaillir en nous. Cette personne avec laquelle vous pouvez rester vous-même sans far ni maquillage, qui préserve votre véritable visage, existe ! Elle ne peut, cependant, pas être réceptive à une image qui n’est pas la nôtre. Enlevons le masque, comme la première fois que nous sommes tombés amoureux et n’avons pas craint de souffrir car nous étions heureux à en mourir !

Aimer ce n’est pas souffrir

couple-1030744_1920

L’amour n’est pas le synonyme de la souffrance. C’est une idée très répandue ; croire que nous allons obligatoirement souffrir si nous ouvrons notre cœur sans aucune retenue. Il y a une vérité dans cette croyance : le risque de souffrir existe bel et bien ! Non pas à cause de la relation que nous allons entretenir mais à cause de soi-même ! N’est-il pas étrange de commencer une relation amoureuse en ayant déjà à l’esprit que nous allons souffrir ? Et si nous n’allions plus souffrir ? Et si nous allions connaître un bonheur sans fin et être comblés d’amour et de joie ? Avons-nous seulement pensé à cette opportunité ? Dites-vous bien que vous méritez de connaître le grand amour, de vivre dans la joie et l’abondance dans tous ses sens.

couple-1329349_1920

La plupart des gens ne se sont pas remis de leur précédente séparation et n’ont pas fait le deuil. Ils vivent avec le souvenir de ce qu’ils ont aimé chez leur partenaire et voudraient revivre ces moments qui ne ressembleront jamais à aucun autre. J’ai, depuis longtemps, cru que je ne retrouverai jamais l’intensité des échanges que j’ai pu avoir avec une tierce personne. Et pour cause : nous ne retrouverons jamais la même intensité ! Elle ne peut qu’être meilleure et plus élevée ! Ces rencontres qu’on garde en mémoire et qui nous ont imprégnées ne sont qu’un avant-goût du bonheur qu’on pourrait éprouver pour l’éternité. Ouvrons notre cœur au meilleur qui reste à venir mais qui ne peut arriver si l’on reste accroché à son passé.

Je suis moi-même célibataire. Pourquoi ? Parce que je respecte mes réelles envies, parce que je suis moi-même sur le chemin de l’harmonie et que je vois tout le bien qu’il me procure. Je sais que l’amour m’attend quelque part en ce moment et que je rencontrerai LA bonne personne qui saura m’accepter tel que je suis et que j’accepterai, sans qu’aucun doute ne me ronge de l’intérieur. Je ne l’attends pas désespérément en m’arrêtant de vivre, je respire la vie : JE SUIS l’amour. Je ne me dénature pas. Je transpire la joie et je marche en direction de mes rêves : sur ce chemin-là, je sais que la personne des mes rêves m’apparaître comme une évidence. Je reflète ce grand amour, je suis LA bonne personne. Je ne peux donc rencontrer que la personne qui correspondra à mon essence. Je ne pourrais pas me tromper sur les apparences parce que mon cœur saura me susurrer l’évidence.

« Beaucoup trop de gens cherchent la bonne personne au lieu d’essayer d’être la bonne personne. » Gloria Steinem

Sur le chemin de l’amour

kids-315098_1280

Pourquoi est-il important de réaliser ses rêves et de ne pas attendre impatiemment que l’amour frappe à notre porte ? Le grand amour n’est pas un « sauveur » ou un « prince charmant » qui viendrait vous délivrer de votre donjon où vous êtes prisonniers. Le grand amour est bien plus que cela ! L’unique personne qui peut vous « sauver » c’est vous-même. Sortez de votre donjon et allez à l’aventure, explorez de nouveaux horizons, maintenez-vous dans un état de joie permanent et répandez l’amour tout autour de vous. L’amour n’est pas au bout du chemin, l’amour c’est le chemin.

Communiquez à la vie que vous êtes prêt à accueillir le grand amour et la vie vous répondra sans détours. Vous pourrez très bien être invité par un ami à sortir boire un verre et rencontrer celle ou celui qui saura vous plaire et rester avec vous toute votre vie entière ! Vous pourrez très bien vous donner corps et âme pour cette passion que vous avez longtemps refoulée et celle-ci peut vous mener là où vous rencontrerez la femme ou l’homme de votre vie ! Ou bien, vous pouvez tout simplement oser être vous-même, exprimer enfin vos réelles envies et tomber sur quelqu’un qui a les mêmes aspirations que vous ! Nous perdons bien trop de temps à tenter de nous protéger des rencontres malintentionnées au lieu de conserver et montrer ce qui fait notre authenticité. Et si nous nous éloignions de toutes ces personnes qui ne nous correspondent pas ? Pensez-vous vraiment que lorsqu’une rupture amoureuse s’annonce, et pour laquelle nous étions convaincus que c’était l’amour de notre vie, soit hasardeuse ? Non, la vie connaît mieux que nous la personne qui nous comblera de joie. Elle nous invite uniquement à laisser la place à cette personne qui attend simplement que vous lui ouvriez grand vos bras. Pour cela nous devons être libre de tout attachement illusoire ou dérisoire. L’amour ce n’est pas des conflits en continu, ce n’est pas pleurer tous les soirs en rentrant chez soi, vivre dans la violence… Ce n’est pas de l’amour ! Ce sont les dégâts d’un amour-propre qui n’a pas de juste mesure.  L’amour, le vrai, nous provoque un sentiment de puissance, de grandeur, de bonheur immense. Il ne nous rabaisse pas, ne joue pas avec nos sentiments, ne nous blesse pas mentalement et physiquement. L’amour est une délivrance ! Fuyez s’il génère votre décadence !

Peut-être est-ce notre voisine ou voisin, notre collègue de travail ou peut-être encore que cette personne se trouvera à l’issue de ce voyage que nous rêvons tant de faire mais que nous n’osons pas, de peur de partir tout seul. Et si nous ne revenions pas tout seul ? Et si nous cessions de nous faire souffrir et décidions de vivre l’aventure du grand amour ?

lovers-1259124_1920

Ecoutez-vous, par ailleurs, les signaux de votre corps ? Ils nous révèlent bien souvent notre état émotionnel. J’ai pour habitude de prendre de la distance avec les personnes qui perturbent mon bien-être ou qui me transmettent des sensations qui me provoquent un malaise. Cela ne veut pas dire pour autant que nous devrions cesser toute relation dès le moindre problème ! Nos émotions sont passagères, néanmoins, une relation amoureuse se doit d’être enrichie et cultivée par le meilleur de soi-même. La communication est la clé de l’authenticité dans une relation. Dites ce que vous ressentez, même si vous avez des doutes ! Le grand amour comprend les doutes et ne les craint pas, bien au contraire ; il se montre rassurant et généreux en sentiments. Si tel n’est pas le cas, peut-être vous faut-il songer à changer de partenaire !

L’amour triomphe de tout !

hands-437968_1920

N’ayez pas peur de la solitude… et soyez avec quelqu’un pour ce qu’il est vraiment et non pas par habitude ou pour le vide qu’il comble momentanément en vous. Nous ne sommes pas des êtres incomplets ! Nous avons juste besoin d’être aimés, d’avoir quelqu’un qui nous soutiendra, qui ne prendra pas ses jambes à son cou à la moindre petite faille, quelqu’un qui, quelle que soit la direction que nous prenions, soit présent et n’ait pas envie d’aller dans une autre direction. Tout cela peut être éclairci dès le début d’une relation et en prenant le temps d’apprendre à se connaître, à s’aimer… pour le pire mais surtout pour le meilleur ! Il n’existe pas de personne « parfaite » mais il existe la personne « parfaite » pour nous, avec ses défauts et ses qualités. L’essentiel c’est que l’amour soit celui qui triomphe de nos différences respectives et nous rassemble dans nos valeurs d’âme. Dites-vous bien que le grand amour, si vous le rencontrez, ne partira jamais. Il a toujours été là, loin de nous, mais il nous a attendu toute sa vie et il a vécu les événements nécessaires – tout comme nous en parallèle – pour que nous puissions, un jour, nous retrouver pour toujours.

couple-955926_1280

Tout est possible dans la vie. Encore faut-il garder son cœur ouvert à ce grand amour qui, lui, n’aura pas peur de s’engager avec vous et de vous accompagner dans ce merveilleux voyage qu’est le grand amour. Prenons conscience de l’importance de notre bien-être, de notre estime de soi, de nos rêves et de l’amour. L’amour n’est pas un jeu. Mais nous pouvons très bien nous prendre au jeu de l’amour qui est de garder l’œil ouvert sur cet inconnu qui vous offrira, en retour, le sourire qui illuminait votre visage, comme pour vous dire : « Je suis là, ce n’est pas un mirage ! » Le grand amour est comme l’Univers ; il nous procure un bien fou ; il n’a pas besoin de parler ; sa présence suffit à nous combler ; il nous inspire à devenir meilleur chaque jour ; il nous rassure ; est attentionné ; nous protège des vautours ; a une confiance aveugle ; est bienveillant ; ne nous juge pas ; aspire à notre épanouissement et veille à entretenir autant ses rêves que les nôtres. Non, le grand amour ce n’est pas qu’un rêve… C’est un état de pleine conscience ; une manière d’être et de vivre en harmonie avec soi-même et avec le monde. La conscience que nous ne faisons qu’UN avec l’autre malgré les apparences.

Ne trichez donc pas avec le grand amour ; celui-ci ne porte aucun masque. Il se révèle totalement autant qu’il nous révèle à nous-même. Pour trouver le grand amour… montrez votre grandeur et tout l’amour que vous avez dans votre for intérieur ! Vous méritez de rencontrer votre âme-sœur. Ce quelqu’un avec qui vous pourrez être vous-même sans jouer au jeu de la séduction pour le maintenir à vos côtés, en dénaturant votre être. Soyez tels que vous êtes ! L’amour est palpable entre deux êtres qui s’aiment de manière honnête. Il n’a nul besoin de se justifier à outrance. Quand nous lui demandons des comptes c’est que, au fond, nous connaissons déjà la réponse… On se persuade alors du contraire en essayant de sauver cet amour. Mais l’amour n’a pas besoin d’être sauvé ! Seulement d’être vécu en toute intégrité et d’être partagé de façon équilibrée.

Faites un pas sur le chemin de l’amour et laissez la Vie vous conduire à la personne qui saura vous séduire ! Il y a différentes façons d’aimer et nous pouvons rencontrer diverses personnes avant de trouver celle qui nous est destinée. Mais nous pouvons décider d’aimer grandement et authentiquement chacune d’entre elles parce que, même si elles ne se révèlent pas être le grand amour qui demeurera pour toujours, tout le monde mérite d’être aimé et de connaître l’amour. L’amour nous grandit, nous donne des ailes et nous berce de manière intemporelle. L’amour c’est ce qu’il reste quand on se détache de tout ce qui est matériel. C’est en cela que l’amour est aveugle et qu’il rend les esprits aimants aveugles. En réalité : l’amour rend la vue à ceux qui sont conscients qu’il n’est pas qu’une simple issue. Le grand amour se vit tous les jours, en commençant par s’aimer soi-même… et, un jour, quelqu’un vous aimera en retour à la hauteur de vos rêves. L’amour triomphe de tout !

kissing-couple-1148914_1920

Rédigé par Leandro De Carvalho.

L’importance d’une mère

mom-1312848_1920

Ma mère est une personne sacrée pour moi, c’est une figure emblématique qui sans le savoir oriente tous mes choix. Je voudrais souligner ici l’importance d’une mère dans notre vie. Il se peut que nous négligions cette importance et que nous ne souhaitions absolument pas prendre en considération l’avis bienveillant de notre mère. Si tel est votre cas, j’étais comme vous ! Jusqu’à ce que je comprenne que ma mère était tout pour moi. On me répétait bien souvent : « Respecte ta mère ! » et je n’en faisais qu’à ma tête parce que nous étions, visiblement, très différents l’un de l’autre. Aujourd’hui, j’ai enfin compris pourquoi il est essentiel de respecter celle qui nous a donné la vie et j’espère que cela vous aidera à vous rapprocher de votre mère et à l’accepter telle qu’elle est, sans porter atteinte à son identité. Une mère est à l’image de l’Univers : elle ne veut que notre bien. Elle adopte le meilleur des comportements face à nos sentiments et veille à ce que nous soyons toujours dans le meilleur « cheminement ». Toujours le meilleur. Nous pouvons penser, alors, que ce n’est peut-être pas le « meilleur » pour nous, et nous aurions peut-être raison, mais soyons tout de même à l’écoute de ses inquiétudes car elles ont un message important à nous délivrer. Un message que notre enfant intérieur doit apprendre à élucider pour pouvoir s’épanouir en toute sérénité.

Une lumière dans notre vie

Une mère est à l’origine de la vie. Du moins, de la nôtre. Nous pouvons sans doute penser que nous n’avons pas choisi nos parents et constatons que nous avons du mal à nous adapter à leurs pensées, dires et agissements. Et depuis longtemps, j’ai vécu moi-même avec des ressentiments vis-à-vis de mes parents ; des rancunes envers ma mère pour ne pas m’avoir accordé suffisamment de confiance lorsque je me sentais prêt à faire mes propres choix et mon père pour son absence dans ma vie. Tout est pardonné aujourd’hui et je vais vous dire pourquoi, peut-être cela vous aidera-t-il à éclaircir votre propre relation avec vos parents.

Depuis mon enfance, j’ai pu constater rapidement que j’étais différent de ma mère en bien des points. Je pensais la vie et le monde différemment qu’à travers le regard qu’elle-même lui portait. Cela justifie-t-il vraiment une raison pour ne pas l’écouter et s’entêter à vouloir lui montrer que nous ne sommes pas comme elle voudrait que l’on soit ? Je ne pense pas. Je pense que cela nous renvoie, une fois de plus, à notre mission de vie ; au chemin que l’on doit suivre. Je m’explique : depuis bien longtemps je savais que ma mère avait de réels problèmes avec son rapport à l’argent, cause qui a généré beaucoup de disputes et de mésententes entre nous. Mon père, quant à lui, j’ai pu remarquer qu’il était un séducteur dans l’âme. Peu importe, au fond, ce que cela révèle d’eux-mêmes. La question la plus importante est : qu’est-ce que cela révèle de nous ? Maintenant, réfléchissez à toutes les situations que vous avez vécu et demandez-vous le lien que cela établit avec vos parents. Pour ma part, j’ai toujours eu des problèmes d’argent – comme ma mère – et j’ai toujours eu diverses relations qui ne me satisfaisaient guère – tout comme les relations de mon père alors que j’aspirais à tout le contraire ! J’ai toujours désiré prospérer dans mes activités et j’ai toujours désiré avoir une unique relation sincère. Eh bien, il se peut que nous soyons l’équilibre parfait entre les deux manières de penser de nos parents ! Pensez-y ! Nos parents sont un exemple pour nous, qu’on veuille le suivre ou non, ils sont le reflet de nous-mêmes ; de nos aspirations profondes, de la direction de nos actions, de notre désir d’évolution. Quelles leçons, conscientes ou inconscientes, nous apprennent nos parents sur nous-mêmes ? Personnellement, par exemple : ma mère me fait comprendre qu’il faut que j’apprenne à économiser et à ne pas céder à mes pulsions dépensières – comme elle pourrait le faire – et mon père m’apprend que je peux prendre du plaisir et m’amuser un peu plus que je ne le fais actuellement – et que lui fait à merveille ! Quels meilleurs professeurs aurais-je pu avoir dans ma quête de la prospérité et de l’amour si ce ne sont ces deux êtres chers qui ont éprouvés le manque de prospérité et d’amour ? Et ce pour que je puisse combler ces manques et les surmonter, à mon tour. Ironie du sort, je pense, au fond, qu’ils aspirent aux mêmes désirs de prospérité et d’amour que moi. Coïncidence ? Quoi qu’il en soit, ils sont devenus les personnes qui m’inspirent le plus à m’épanouir et à trouver mon équilibre. Ils me montrent la voie de mon épanouissement personnel. A travers leur propre manière d’être ils me révèlent mon être.

sunset-165077_1280

Notre mère, tout comme notre père, sont présents dans notre vie pour nous apporter un doux message qui est celui de suivre sa propre voie, sans réitérer le passé qu’ils ont eux-mêmes vécus. L’enfant est l’évolution issu de la fusion de ses deux parents. Entretenir de bons rapports avec eux nous mènera vers le chemin où nous pourrons nous accomplir et devenir ainsi le meilleur reflet de leur vie. Nos parents sont une lumière pour nous. Vous êtes-vous déjà attardés à entendre le récit de leur vie et à comprendre leur cheminement ? La compréhension mène à l’amour. Un amour inconditionnel, sans jugements et éternel. C’est cela l’amour d’une mère, bien que nous puissions avoir l’impression du contraire ! Ne doutons jamais de son amour ; c’est le meilleur amour que nous ne connaîtrons jamais dans notre vie tellement il est sincère et exempté de barrières. Suivez la lumière !

Un lien puissant et éternel

Le lien qui nous lie à notre mère (ou notre père) est puissant et éternel. Il ne peut être défait quand bien même notre rancœur et notre colère soient démentielles. Dépassons tout cela ! La colère que nous pouvons éprouver est à la hauteur de nos sentiments ; raison pour laquelle cela peut être effrayant quand la colère prend de l’ampleur et nous ronge de l’intérieur ! Combien de temps ai-je perdu à renvoyer à ma mère toutes mes frustrations et tout mon manque de discernement ? Trop longtemps ! Je voudrais, sincèrement, vous épargner cette perte de temps et que vous preniez ce temps, si précieux, pour vous rapprocher de votre mère. Dites-vous bien ceci : nos parents ne sont pas responsables de nos soucis ! Ne leur prêtez pas les mauvaises intentions qui ne concernent que nous-mêmes. Libre à nous de régler nos problèmes ou de les laisser empiéter la relation avec notre mère.

Nos parents font du mieux qu’ils peuvent. Nous avons tous un passé qui nous a construit et qui nous a permis de garder le cap. La plupart de nos disputes viennent du fait que nous n’aurions pas agi comme d’autres l’ont fait. Avons-nous seulement un jour porté les chaussures qu’ils ont à leurs pieds ? Avons-nous seulement enduré ce qu’ils ont enduré ? Non, et nous ne le pourrons jamais. Les sentiers de notre propre passé sont impénétrables à quiconque les juge sans y être passé. Employons notre énergie à faire la paix avec nos parents ; avec leur vécu, leurs pensées, leurs actions et tout ce qui fait leur personnalité. Là est la clef de l’harmonie. Cet apaisement qui vous permettra non plus de juger vos parents mais de les aimer d’un amour inconditionnel – ce lien puissant et éternel qui nous a été illusoirement coupé à la naissance. Ce cordon ombilical qui demeure inexistant et qui, pourtant, provoque encore des ravages.

baby-165067_1280

Acceptons que le cordon ombilical qui nous a été coupé et qui nous liait à notre mère ne soit plus présent. Acceptons de rétablir le lien autrement sans qu’il ne soit une charge affective électrique pour soi et pour ses parents. Rien ne nous sépare de notre mère, de notre père si ce n’est la volonté et l’amour qui nous gouvernent et dictent notre vie. Quoi qu’il en soit, il est important de mettre le temps à profit et de comprendre l’histoire sacrée de nos parents pour que nous en laissions un héritage épuré de tout ressentiment à nos enfants. Nous pouvons cesser les schémas répétés de génération en génération et construire un nouveau modèle davantage en harmonie avec soi-même. Nous pouvons être soi-même ce lien puissant et éternel qui fait de nous la représentation de l’équilibre entre les générations et nous donne le pouvoir de créer l’harmonie avec ses parents.

Chaque enfant venu au monde est un prolongement de l’énergie créatrice de ses parents. Il n’est pas venu au monde « par hasard ». Il est une lumière pour ses parents autant que ses parents sont les astres radieux qui lui ont offert la vie. L’enfant a reçu, dès sa naissance, le plus beau cadeau que ses parents pouvaient lui offrir : la vie. A lui d’en faire bon usage et d’aller dans la direction de la vie. Quel que soit le chemin qu’il décide de prendre, il apprend à marcher avec les meilleurs enseignants qui pouvaient lui être confiés : ses parents. Présents ou absents, dites-vous bien qu’ils sont ce qu’il y a de meilleur pour vous afin que vous puissiez vous rapprocher de votre essence et retrouver ce lien que vous pensez avoir perdu. Si nous comprenions l’importance d’une mère, ou d’un père, nous saurions que leur présence à nos côtés est une bénédiction et qu’ils sont des référents sur lesquels nous pouvons toujours compter lorsque nous sommes privés de lumière. Je vous invite à faire la lumière sur les origines de votre naissance et vous trouverez facilement quelle est votre positionnement et votre place sur Terre ! Profitons de notre mère, notre père tant qu’ils sont en vie car, sans eux, nous pourrions regretter plus tard de ne pas avoir su ouvrir les yeux au moment où nous en avions le plus besoin. Acceptons nos parents tels qu’ils sont, n’essayons pas de les changer… changeons plutôt notre regard envers eux et offrons-leur ce que nous sommes : un souffle nouveau dans leur vie. Nous respirerons ainsi la joie et l’harmonie et serons armés pour construire avec nos parents les plus belles années de notre vie. Notre mère occupera toujours une place dans notre cœur, à nous de savoir l’écouter…

happiness-987394_1920

Rédigé par Leandro De Carvalho.

Comment affronter les obstacles ?

Les événements de la vie ne sont pas toujours en notre faveur. Comment, dès lors, savoir si l’on doit persévérer ou bien lâcher-prise ? Quelle attitude adopter face aux obstacles ? Comment affronter les obstacles qui nous barrent la route ? Autant de questions auxquelles je vais tenter d’y répondre en vous éclairant de mon expérience. Les proches qui me connaissent le savent bien : je viens à bout de tous les obstacles ! Je ne baisse jamais les bras ! Je vais vous révéler comment je procède, en espérant que vous, aussi, arriverez à comprendre et surmonter vos propres barrières.

Faire le point

photographer-923434_1920

Nous pouvons avoir de petits et de grands obstacles mais, rassurez-vous, dans tous les cas : aucun obstacle n’est insurmontable, pour celui et celle qui désire réellement le surmonter. Ôtez-vous de l’esprit que vous êtes incapables de dominer votre situation problématique. Vous en êtes tout à fait aptes ! Dites-vous bien une chose : toute situation difficile est une opportunité d’évoluer.

Face à un obstacle quelconque, n’exagérons pas son niveau de difficulté. La difficulté est le reflet de notre manque de connaissance. Prenons du recul sur la situation pour la dominer ; observons les obstacles pour ce qu’ils sont et non pas pour ce qu’on pense qu’ils sont. Lorsqu’un obstacle nous rebute, demandons-nous pourquoi il nous freine et nous empêche d’avancer ? Là est le cœur du problème ! Ce n’est pas l’obstacle en lui-même ! On peut rapidement être freiné par les obstacles. Si vous voulez faire de la photo et que vous n’avez pas les moyens de vous acheter un appareil photo pour commencer : vous pouvez y voir un obstacle ! Si vous voulez écrire un livre et que vous n’avez pas d’inspiration : vous pouvez y voir un obstacle ! Si vous avez pris rendez-vous avec une personne et que les circonstances s’enchaînent et vous font rater ce rendez-vous : c’est un obstacle ! Cela veut-il dire foncièrement que l’on doit tout arrêter et ne pas s’entêter ? Non. Cela veut tout simplement dire que nous nous y prenons d’une mauvaise manière, que nos actions ne sont pas en concordance avec nos pensées profondes ou bien que nous ne sommes pas prêts. Comment, dès lors, savoir si ce que l’on veut nous correspond sincèrement et comment être prêt ?

Apprendre de ses erreurs

Nous devons nous poser les bonnes questions, une fois de plus ! Est-ce vraiment ce que désire ou le fais-je pour une raison qui n’est pas la « bonne » ? Comment puis-je résoudre mon problème ? Gardez à l’esprit que : tout problème a sa solution. Sinon, c’est que ce n’est pas un problème. C’est mathématique ; un problème, quel qu’il soit, est là pour être résolu. Et, comme diraient certains : la solution est en vous !

desert-749692_1280

Nous devons apprendre de nos erreurs. Les erreurs nous servent de « répétition » avant le succès. Si vous n’êtes pas prêt à vous acheter un appareil photo : formez-vous à la photo, commencez à économiser de l’argent pour pouvoir vous l’offrir… Si vous manquez de connaissances dans un domaine : renseignez-vous sur ce domaine jusqu’à ce que vous trouviez la solution ! Cela sera peut-être difficile au début mais, sachez, que plus vous allez connaître votre sujet, plus vous allez le dominer et cela vous paraîtra au final un véritable jeu d’enfant. La différence entre ceux qui laissent tomber rapidement et ceux qui persévèrent est dans leur soif d’apprendre et leur envie d’être meilleur qu’hier. Non, vous n’êtes pas plus bête qu’un autre ; il vous faut acquérir les informations, les outils qui vous seront indispensable et dont vous ne pouvez négliger. Non, le sort ne s’acharne pas sur vous pour vous démontrer que vous ne pouvez y arriver. La Vie vous invite à vous recentrer; à vous concentrer sur l’importance de l’apprentissage, du savoir et à éclaircir davantage ce que vous voulez. Le savoir est un pouvoir, utilisez-le pour combler vos lacunes.

Ne nous accablons point de toutes les situations où nous ne nous sentons pas à la hauteur. Dites-vous : la prochaine fois ce sera mieux ! Apprenons de nos erreurs et ne nous décourageons pas, prenons le temps qu’il nous faut, faisons le calme dans notre esprit et la solution nous apparaîtra, comme un signe du destin. Cessons de nous trouver des excuses à tout bout de champ ; concentrons-nous sur les solutions. Dans certains cas, lâcher-prise se révèle être la meilleure solution. Revenez sur votre désir lorsque ce sera le « bon » moment, lorsque vous serez prêt.

Emprunter un autre chemin

Lorsque je constate que malgré mes efforts ceux-ci sont vains, je n’ai aucune honte à reconnaître que quelqu’un d’autre peut le faire mieux que moi. Dans ce cas-là : déléguez ! Osez demander de l’aide pour résoudre votre problème ! Orientons-nous vers ceux qui sont experts dans le domaine qui nous cause souci, à défaut de ne pas être un expert soi-même. Sachez, également, qu’il n’y a pas qu’une seule voie. Quand une voie est encombrée, d’autres voies vous permettent de continuer à avancer. Dans tous les cas : ne restons pas bloqués, continuons toujours d’avancer.

L’état d’esprit joue un rôle prépondérant dans notre rapport avec les événements. Si vous avez tendance à être brusqué par la moindre difficulté, il se peut que vous pensiez d’avance que vous n’y arriverez pas. Changez cette pensée erronée ! Vous êtes un être doté d’intelligence, la même qui s’adapte aisément à l’environnement et est en constante évolution. Pourquoi n’arriverions-nous pas à nous adapter et à évoluer ? Tous les chemins mènent vers le progrès. Pensez à la satisfaction que vous aurez une fois que vous aurez résolu votre problème et affronté l’obstacle que vous pensiez insurmontable. N’ayez pas peur d’avancer pas à pas, à votre rythme. Ou, encore, acceptez de lâcher-prise et si c’est réellement le chemin que vous devez prendre : la Vie vous guidera toujours là où vous devrez aller et là où vous pourrez exceller dans votre domaine.

sea-919042_1920

Acceptez de ne pas pouvoir tout contrôler. Et j’entends par là ce qui n’est pas vraiment « important » pour vous car ce qui est important pour vous sera toujours concrétisé. Si c’est important pour vous de surmonter votre obstacle, faites-en une priorité et répétez-vous : « Je suis plus fort que cet obstacle », « Rien ne peut m’arrêter ! Je vais trouver la solution. » Nous nous mentons, parfois, à nous-mêmes et provoquons ces obstacles pour ne pas sortir de notre zone de confort. Au fond, cela nous arrange bien ! Mais, là encore, nous trouvons des excuses pour nous convaincre que nous ne sommes pas de mauvaise foi. Permettez-moi de vous dire que si vous trouvez des excuses : vous êtes de mauvaise foi ! Pensez à cet ami qui vous a donné un conseil bienveillant et que vous n’avez pas voulu prendre en considération alors qu’il avait LA solution pour vous. Pensez à toutes ces opportunités qui se sont présentées à vous et que vous avez refusées, de peur de ne pas savoir où elles allaient vous mener. Pensez, aussi, à toutes ces fois où vous butez toujours au même endroit ; est-ce un hasard ? Ou bien, cela signifie-t-il que nous sommes la source du problème et, en même temps, la source qui détient la solution ?

floating-846758_1280

Quels que soient vos obstacles et l’importance que vous leur accordez, souvenez-vous que VOUS avez la responsabilité de les traiter ou de les laisser vous accabler. Plus vite vous déciderez de les surmonter, plus vite vous pourrez passer à l’étape suivante et progresser en toute sérénité. Nos problèmes ne nous définissent pas, ils mettent en lumière nos capacités à pouvoir leur faire face et à les régler à un instant T. Les grands sportifs, entre autres, le savent bien : c’est la volonté, l’état d’esprit, l’entraînement et la persévérance qui nous mènent vers la voie de l’accomplissement.

Rédigé par Leandro De Carvalho.