Si on vous le demande, ne changez surtout pas !

baby-1232248_1920

Pourquoi ne faut-il pas changer quand une personne vous le demande ? Pourquoi faut-il attendre que le changement, s’il s’impose, vienne de nous-mêmes ? Pour répondre à ces questions, nous devons distinguer le « changement » et l’ « évolution ». Combien de fois votre entourage vous a-t-il demandé de changer une partie de votre comportement ou une partie de votre personnalité pour que vous soyez davantage à leur goût ou adapté à ce qu’ils attendent de vous ? On ne les compte plus ! C’est presque devenu une habitude malsaine de toujours critiquer et dire que cette coupe de cheveux ne nous va pas ou que nos mimiques ne plaisent pas, etc. Vous savez quoi ? On ne peut pas plaire à tout le monde ! Mais si cette coupe de cheveux vous plaît : conservez-la ! Si vous ne pouvez vous empêcher d’avoir des mimiques faciales qui dérangent les autres et qui font partie de vous : que voulez-vous changer ? Cela constitue votre différence ! Et notre différence est une richesse ! La plupart des gens déprécient les différences et souhaitent vous voir rentrer dans une « norme » qui leur paraît « logique » et plus gratifiante. Logique et gratifiante pour qui, pour quoi ? Détrompez-vous : la logique est de rester tels que nous sommes, d’assumer et de développer nos différences ! Pas de les changer, de les développer ; d’en faire des atouts, des forces plutôt que des embarras et des poids sur nos épaules.

Être à l’écoute de soi-même avant les autres

nature-690164_1280

L’avis le plus important c’est le vôtre ; pas celui des autres. Certes, les autres peuvent être de bon conseil et vous inviter à améliorer une partie de vous que VOUS souhaitez changer et vous ferez bien d’écouter leurs conseils – étant donné que vous êtes la personne à l’origine de la quête d’un changement. Dans ce cas : l’avis extérieur peut être un bon indicateur du chemin à suivre pour parvenir à votre recherche du changement. Dans le cas où vous n’avez rien demandé : prenez garde ! Les avis extérieurs sont à prendre avec beaucoup de précautions. Nos différences peuvent les déranger parce qu’ils ont, possiblement, un différend à régler avec eux-mêmes et, du coup, ils renvoient à travers vous leurs problèmes. Faites donc la différence entre les avis qui aspirent à vous procurer du bien et ceux qui sont malveillants et n’ont aucun fondement. Ceux-là n’en valent vraiment pas la peine et ils sont très nombreux à être déversés sur notre être en guise de « dépotoir » et de « défouloir ».

Personnellement, je m’abstiens toujours d’émettre une critique qui n’est pas constructive ou qui peut empêcher le développement personnel de l’autre sans qu’on me le demande. Je respecte le libre-arbitre de l’autre. Et si on me le demande et que je n’ai que très peu de choses positives à dire ; je le dis franchement sans tourner autour du pot, en expliquant toujours le fond de ma pensée en toute bienveillance ou je me tais si la personne en face de moi manifeste des signes d’intolérance. Je pourrais, bien sûr, m’exprimer autrement avec plus de tact et de diplomatie mais cela ne serait plus moi ! Or, l’impact de mes dires aurait-il toujours le même impact s’ils étaient délivrés autrement ? Nous avons tous notre propre manière de nous exprimer, elle ne pourra jamais plaire à tout le monde. Ce n’est pas une raison pour se dénaturer ! Être en harmonie avec soi-même suggère de se respecter et de s’accepter tel que l’on est. Si les autres ne vous acceptent pas tels que vous êtes et que vous vous sentez jugés en permanence ; peut-être est-il temps de penser à changer d’entourage plutôt que de se changer soi-même.

solitude-455768_640

Être à l’écoute de soi-même avant les autres est primordial pour ne pas être influencé à changer votre nature profonde qui, elle, vaut de l’or. Les personnes qui ne reconnaissent pas leur propre richesse intérieure auront tendance à vouloir vous priver de la vôtre, inconsciemment, n’ayant pas pu développer et mettre à profit leurs propres différences. Vous voulez un avis sincère et bienveillant ? Tournez-vous vers les personnes qui ont de l’estime pour elles, qui n’ont aucun complexe, qui se connaissent et s’acceptent aisément avec leurs qualités et leurs défauts, qui savent l’importance de se développer en toute confiance et qui savent distinguer l’amour de soi et l’excès d’amour-propre. Ces personnes-là, qui ne ressentent pas le besoin de rabaisser les autres pour se sentir exister et valorisés, sauront vous aider à donner le meilleur de vous-mêmes sans aucune animosité et brin d’adversité. Nous sommes tels que nous sommes, nous n’avons pas besoin de changer. Nous changerons avec le temps, si nous ressentons l’envie de changer. Non pas pour faire plaisir aux autres mais pour soi-même. Parce que ce sera un désir profond de notre part. Non pas pour combler le manque d’estime des autres ou reproduire le schéma lié aux blessures qu’ils ont pu avoir dans leur passé mais parce que nous serons portés par la révélation de notre véritable « moi ».

Faire face aux critiques négatives

843938_368285533268748_1767953799_oR

Plus vous serez critiqué, plus il se peut que vous soyez proche de votre véritable identité. Si vous n’êtes pas critiqué, c’est que vous ne faites rien de spectaculaire pour vous rapprocher de vos rêves. Je peux comprendre que nous préférions la tranquillité et les bons rapports mais, vous savez, j’ai moi-même enduré les frais de diverses critiques jusqu’ici et je me suis toujours senti tranquille dans mon esprit. Pourquoi ? Parce que les critiques ne m’atteignaient pas autant qu’elles auraient pu m’atteindre si je cherchais à faire à l’unanimité auprès de tout le monde. Fort heureusement, je n’ai jamais écouté mes détracteurs et mes choix pleinement assumés m’ont conduit à vivre des expériences qui ont enrichi mon essence. J’ai même eût droit un jour à une remarque qui m’a surprise : « Ton problème c’est que tu t’aimes trop ! » Vraiment ? Je n’ai jamais eu l’impression de m’aimer « trop », je m’aime à la hauteur de mon amour pour les autres et je considère ma personne comme faisant partie des « autres ». Pourquoi cela paraît-il « trop » aux yeux des autres ? Peut-être parce qu’ils ne sont pas habitués à voir autant de joie de vivre et autant d’amour envers la vie. J’ai appris à m’aimer, certes, mais j’ai surtout appris à aimer la vie et ceux qui font partie de ma vie ! Les gens n’entendent que ce qu’ils veulent bien entendre, inutile de dépenser son énergie à justifier sa personnalité si celle-ci est mal accueillie et mal interprétée. Ce que les autres disent de nous en dit bien plus sur eux que sur nous-même. Ceux qui manquent d’amour envers eux-mêmes auront toujours du mal à comprendre ceux qui débordent d’amour et qui refusent de se considérer comme des victimes de la vie ou bien des êtres limités. Continuez quand même de répandre de l’amour ! L’amour n’est pas un problème : il est LA solution à tous les problèmes !

Gardez à l’esprit que les autres nous témoignent l’amour qu’ils éprouvent envers eux-mêmes et envers le monde. Il n’y a aucun mal à s’aimer et affirmer sa personnalité, en harmonie avec soi-même. Ceux qui vous accepteront tel que vous êtes seront d’excellents alliés ; les autres seront tout bonnement à éviter !

Se détacher du regard des autres

ballet-1033163_1920

Autre raison pour laquelle nous pourrions être amenés à changer : le regard des autres. Un regard qui nous empêche, bien trop souvent, d’exprimer et de mettre en lumière notre essence. Le jugement des autres, si nous le prenons en considération, peut nous bloquer et nous empêcher d’oser être qui nous sommes sincèrement. Nous pouvons, ainsi, passer notre vie à vivre dans le « mensonge », se mentir à soi-même pour peu qu’auprès des autres nous renvoyions une image « convenable ». Tout cela est un frein à notre évolution. Le regard des autres peut occulter notre propre regard et nous transformer progressivement en quelqu’un qu’on ne reconnaît pas. Faites ce qui vous ressemble sans tenir compte de l’ « Ensemble ».

Quel regard avez-vous sur vous-même ? Quel regard ont les autres sur vous ? Depuis longtemps, j’ai pu constater l’énorme décalage qu’il y avait entre qui j’étais et ce que je reflétais aux yeux des gens. Peut-être ressentez-vous également ce décalage… Pourquoi peut-il y avoir un décalage ? Tout simplement parce que nous ne sommes pas en harmonie, en cohérence avec nous-mêmes ou bien nous ne l’avons pas été plus tôt – cela surprend alors votre entourage qui ne vous « reconnaît » plus. Parce que, justement, nous aspirions à plaire aux autres et nous ne faisions pas ce qui était en résonance avec notre être profond. Je me suis longtemps menti à moi-même en cherchant à me dénaturer et en effectuant des choix qui me correspondaient peu en comparaison de que me dictait mon cœur. Je cherchais comment m’adapter aux autres et puis j’ai compris que c’était aux autres de s’adapter à moi ! Si vous avez l’impression de vous mentir à vous-même et d’être aux dépens du regard des autres, dans ce cas-là, un conseil : restez comme vous êtes, mieux vaut être déprécié pour ce que l’on est qu’être apprécié pour ce que l’on n’est pas ! L’unique regard qui importe c’est le sien ; les autres s’y habitueront avec le temps !

portrait-1354356_1920

Si on vous le demande, ne changez surtout pas ! Quoi que vous pensiez, quoi que vous disiez, quoi que vous fassiez : cherchez toujours l’authenticité. Soyez authentiques, en harmonie avec vous-mêmes. Ne laissez pas les autres vous dicter les changements que vous seuls pouvez faire si votre cœur vous encourage à le faire. Ne cherchez pas à faire plaisir aux autres si on vous contraint à ne pas vous respecter et à faire passer votre plaisir personnel au deuxième plan. Restez sincères avec vous-mêmes et vous le serez également avec les autres. Et quoi de mieux que l’honnêteté et l’authenticité pour construire des relations solides et bienveillantes ? Nous changeons constamment chaque jour qui passe, naturellement. Le temps nous fait évoluer à notre rythme, de manière précipitée ou lentement. Qu’importe, le changement n’est ni bon ni mauvais ; il est inévitable. Le changement est l’essence de notre fil conducteur ; il nous permet d’avancer sur notre route sans percuter les passants qui traverseraient notre voie. Il nous aide à comprendre que, sans lui, nous ne pourrons arriver à la destination que nous nous sommes fixée. Sans changement : nous restons à l’arrêt. Il est notre ceinture de sécurité qui nous aide à rester vivants. Nous pouvons très bien ôter notre ceinture de sécurité mais, tôt ou tard, il nous faudra reprendre la route… et le voyage que nous entreprendrons pourrait bien nous changer à tout jamais ! Changer : oui ! Mais ayez toujours votre « essence » pour avancer !

boy-447701_1920

Rédigé par Leandro De Carvalho.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *