En finir avec la souffrance !

tree-1320990_1920

Nombreux sont ceux qui ne parviennent pas à éradiquer leurs souffrances. Et pour cause, elle s’imprègne en nous tel un poison extrêmement difficile à annihiler. Difficile mais pas impossible ! En effet, la souffrance est un état qui accapare notre être et l’empêche de s’épanouir tel qu’il devrait le faire à l’état naturel. Loin de moi l’idée de m’improviser médecin ou thérapeute, je désire en toute humilité partager mon expérience avec vous dans ce domaine et peut-être vous sera-t-elle utile et vous inspirera-t-elle à en finir avec la souffrance.

Reconnaître son mal-être

Identifier ses souffrances est déjà un pas vers l’amélioration et la guérison. Je ne souhaite pas évoquer les différents niveaux de souffrance car, dans tous les cas, lorsqu’on souffre ; notre douleur reste conséquente à nos yeux. Il faut s’en libérer ! Durant de nombreuses années, j’ai vécu dans un tel état de souffrance que je m’y étais habitué ; je savais que je souffrais mais c’était devenu pour moi une zone de commodité. « Pourquoi devrais-je changer ? » me disais-je, convaincu qu’elle resterait dans ma vie pour l’éternité. Oui, je l’ai tolérée, je l’ai supportée jusqu’à ce que mon esprit me rappelle à l’ordre et me dise clairement que je n’avais pas besoin de souffrir davantage. Arrivé à un certain stade de ma vie, je me suis remis en question intégralement :

  • Pourquoi est-ce que je me sens mal ?

  • Quelle est la nature de ce « mal » ?

  • Pourquoi est-ce que je ne fais rien pour aller mieux ?

  • Que puis-je faire pour aller mieux ?

Autant de questions et de « pourquoi » auxquels je devais bien me résoudre à élucider un jour. Et je me sentais prêt. Car, si vous vous posez une question c’est que vous êtes prêt à entendre la réponse. Encore faut-il se poser les bonnes questions.

Reprendre le contrôle de sa vie

mountain-lake-931726_1920

Pensez à toute cette énergie que nous dépensons jour et nuit à se ronger l’esprit, à accorder de l’importance à toutes ces pensées négatives, ces informations qui nous mitraillent l’esprit et veulent nous faire croire que le monde est au plus mal. Un conseil : cessez d’écouter toutes ces informations et concentrez votre énergie à alimenter votre esprit de pensées positives et inspirantes. Demandez-vous également si votre conditionnement vous permet de développer vos meilleures capacités. Notre environnement, notre entourage conditionne en grande partie notre état d’esprit. Si vous êtes entourés de personnes qui ont tendance à être négatives, cette négativité s’imprégnera en vous si vous ne faites rien pour vous préserver de cette surcharge néfaste pour votre âme.

person-832143_1920

Je vais vous faire une confidence : on m’a souvent reproché d’avoir le sourire en toutes circonstances et d’avoir un optimisme démesuré face aux épreuves de la vie. Pendant que certains pensent que tout va mal et que la situation ne peut qu’empirer, moi, je pense le contraire ! Et je peux comprendre que cela puisse agacer ceux qui souffrent et ne savent pas comment s’en libérer mais, la vérité, c’est qu’on vient à bout de toutes les situations et elles trouvent toujours une issue positive – du moins l’issue qui est la meilleure pour soi bien que nous ne comprenions pas pourquoi cela nous arrive ! Ce que je fais toujours c’est de prendre du recul, de la hauteur pour avoir une vue d’ensemble sur ce qui m’arrive. Et je cherche tout le temps à comprendre comment j’en suis arrivé là et en quoi cela représente la meilleure chose qui me soit arrivée. Face à l’incompréhension et à la douleur, le mieux c’est encore de relativiser ! Ne nous prenons pas trop au sérieux ; les événements n’arrivent pas par hasard dans notre vie. Assumons l’entière responsabilité de notre vie ; c’est ainsi que nous redeviendrons « maître » de notre destin et non plus une « victime » du sort.

Utiliser ses ressources intérieures

Il y a en nous des ressources cachées, d’une force inestimable, sur lesquelles nous pouvons compter dans les moments les plus sombres de notre existence. Bien sûr, en état de souffrance, nous négligeons et réfutons notre grandeur d’âme et notre capacité à tout pouvoir surmonter… mais, nous pouvons avancer étape par étape. Nous pouvons, aujourd’hui, décider de ne plus « subir » la vie mais de la « vivre » comme on l’entend. Notre épanouissement est la chose la plus importante ! Souffririons-nous si nous étions en paix avec nous-même et les autres ? Serions-nous malheureux si nous avions autour de nous des personnes qui nous encouragent, nous valorisent, nous inspirent à être meilleur un peu plus chaque jour ?

seagull-271103_1920

Un jour, je me suis retrouvé dans une situation très précaire où je n’avais plus d’emploi,  aucun logement et plus vraiment beaucoup de personnes sur lesquelles je pouvais m’orienter pour leur demander de l’aide. Dans ces moments-là, rares sont ceux qui viennent à votre secours ; la précarité en fait fuir plus d’un. Je commençais moi-même à baisser les bras et j’étais dans un état désespéré. J’étais en passe de finir à la rue et les événements qui s’accumulaient n’étaient pas vraiment en ma faveur. J’ai pensé au pire. J’ai également pensé au meilleur. Qu’est-ce que j’ai fait ? Je me suis dit intérieurement « ça suffit ! Je ne vais pas me laisser broyer par ces circonstances ! Je vais en finir ! – non pas avec la vie mais avec la souffrance ! » J’ai, dès lors, mis mes appréhensions de côté et j’ai osé lancer un appel de détresse sur un réseau social via lequel un inconnu m’a tendu la main et m’a hébergé le temps que je puisse trouver un travail. Au moment où je n’y croyais plus ; un inconnu m’avait répondu ! Et vous savez quoi ? Le jour même où il m’a accueilli chez lui, j’ai répondu à une annonce pour un travail ; je me suis présenté et j’ai commencé à être en poste dès le lendemain ! Ce n’est pas tout… Je désirais absolument retrouver un logement décent et ce bien que je ne disposais pas encore des ressources financières nécessaires. Malgré les affirmations de mes collègues de travail qui me disaient que je ne trouverai rien avant trois mois, j’ai tout de même commencé à chercher des annonces d’appartement. J’ai modifié mes pensées négatives et je me suis répété inlassablement : « Je vais trouver un appartement, j’ai les moyens de payer un appartement décent et qui saura répondre à mes attentes.» Une simple modification d’état d’esprit : j’ai agi comme si je possédais déjà les ressources financières nécessaires et j’ai commencé les visites d’appartements, sans même avoir un seul garant. J’étais mon propre garant ! Le garant qui allait s’offrir la possibilité d’avoir une vie meilleure !

Un mois plus tard, je visitais comme « par hasard » l’appartement qui me correspondait. Je me suis présenté au rendez-vous que m’avait fixé le propriétaire avec une ou deux minutes de retard, mais je me suis précipité aussi vite que je le pouvais. Parce que oui, je le voulais cet appartement ! Vous savez ce qu’il m’a répondu ? « J’ai plusieurs personnes qui le veulent dont une étudiante qui m’a déjà donné plusieurs mois de loyer d’avance en garantie mais je suis prêt à te céder le bail à toi car tu m’inspires confiance.» Vous vous en doutez : j’ai eu l’appartement ! Et, oh combien, j’en ai versé des larmes le jour où j’ai pu dormir paisiblement en ayant mon propre toit au-dessus de la tête. J’étais extrêmement reconnaissant envers la vie d’avoir exaucé mes volontés à un moment où la situation était désespérée. Mon entourage n’en revenait pas, ils pensaient que je ne m’en sortirais pas aussi facilement et j’ai radicalement changé de vie en un mois seulement !

Eh bien, laissez-moi vous dire que TOUT PEUT CHANGER à partir du moment où on décide de s’ouvrir au changement !

Faire la paix avec son passé et savoir pardonner

Pour en finir radicalement avec la souffrance, il est impératif de faire la paix avec son passé et pardonner non seulement aux autres mais à soi-même. Pardonner aux autres de ne pas avoir agi comme on aurait souhaité qu’ils agissent et se pardonner, également, de ne pas avoir su prendre les événements avec davantage de recul, de légèreté, d’attention particulière. Ce qui est passé est passé, nous n’avons plus la main mise. Tout ce que nous pouvons faire c’est décider comment nous allons employer le temps qui nous est imparti dans l’instant présent. Pour avancer sans un lourd « poids » sur ses épaules, nous devons prendre en considération nos souffrances et oser leur dire en face : « je vous libère, vous pouvez aller en paix maintenant.» Il nous faut faire le deuil, accepter et laisser aller ce qui n’est plus « présent ». Dans tous les cas, nous avons fait de notre mieux en toutes circonstances et les autres ont également fait de leur mieux. Nos pensées, nos actions découlent toutes de notre vécu, notre éducation et nos croyances. Ne soyons pas trop sévères avec nous-même et les autres et acceptons que chacun évolue à son rythme, toujours du mieux qu’il peut.

Personnellement, j’ai annihilé toutes mes vieilles rancœurs, toutes les pensées négatives qui me tenaient lié aux personnes avec lesquelles j’avais eu des différends. Tout est pardonné dorénavant ! Et je me sens en paix avec moi-même et avec le monde, en parfaite harmonie. C’est tout le mal que je vous souhaite ! Libérez-vous et cessez de souffrir, goûtez au plaisir que procure l’harmonie en soi !

woman-578429_1920

Rédigé par Leandro De Carvalho.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *