La vie inspirante de Cristiano Ronaldo

CR7vie inspirante0

CR7vie inspirante1

Qui aurait cru que l’un des meilleurs joueurs de football du monde a failli ne pas venir au monde…

CR7vie inspirante1bis

Aujourd’hui, à seulement 32 ans, il a un parcours extraordinaire ! Nous vous avons résumé son légendaire destin dans cette vidéo de moins de 2 minutes !

CR7vie inspirante2

CR7vie inspirante4

Une vie inspirante, n’est-ce pas  ?

Aime, Commente et Partage !

Article par Leandro De Carvalho, auteur de Vivre en harmonie.

headblognewsletterHVI FR


 

Êtes-vous vraiment vivants ?

children-1822662

Je suis vivant mais est-ce que j’aime pour autant être vivant ? Il serait tout à fait naturel et dans la logique des choses de prétendre que les êtres puisqu’ils sont vivants aiment être en vie. Cependant, beaucoup de personnes l’affirment elles-mêmes ou le démontrent par le biais de leur comportement : elles n’aiment pas leur vie – ou plus généralement la vie. Mais, au fond, en quoi consiste aimer la vie et aimer tout simplement ? Qu’est-ce que signifie réellement être vivant ? En quoi nos décisions sont-elles le reflet de la projection de notre être ? Comment peut-on transformer notre vie en aimant la vie et en alignant nos choix avec nos envies ?

Prendre le temps

Vivre ne consiste pas uniquement à être, mais à être vivant. Je suis, mais ce qui me rend réellement vivant ce n’est pas seulement d’être là, d’être présent, mais plutôt d’être en vivant et en exprimant tout ce que je suis. L’essence de l’être doit également être présente et libérée de son conditionnement. Être, passivement, ce n’est pas aimer la vie, c’est se laisser vivre, en attendant patiemment la mort. Être vivant prend tout son sens lorsque l’être entre en action et vit son être en pleine expansion, à l’image de l’univers.

animals-731213

Aimer implique d’être dans l’amour et non dans l’imposture ; être soi-même, être le plus vivant possible. Aimer implique d’aimer être vivant et de profiter pleinement de la vie en étant sincèrement présent et conscient. Lorsqu’un être aime la vie, sa curiosité est éveillée et en alerte à chaque instant.

Notre vie entière est régie et influencée par une notion essentielle et individuelle de l’existence humaine : le temps. Sans cette notion du temps, l’être humain ne trouverait peut-être plus de raison de prêter attention à l’un des piliers fondamentaux de notre existence et de la vie en général : l’action. Et c’est l’action ou le manque d’action qui permet de mesurer ou de quantifier le temps. Mais pour observer le temps qui passe, encore faut-il être à l’arrêt, immobile. De cette manière, l’observateur constate que le temps défile. Dans l’action, nous ressentons moins le poids du temps étant donné que nous sommes en mouvement. Pour l’observateur c’est comme s’il avait suspendu le temps et, pourtant, dans l’action ou l’inaction le temps reste le même, c’est seulement notre perception qui diffère. Est-on cependant dans l’inaction pour autant ? Non, car l’observation est une mécanique de l’action. Nous devons distinguer l’inaction de l’inertie.

L’inaction est un état volontaire ou involontaire de l’homme qui lui est parfois nécessaire pour se reposer et recharger ses batteries, retrouver de l’énergie, mais en aucun cas il ne perd son pouvoir d’action ; l’inaction demeurant une variante de l’action qui pourrait paraître stagnante pour l’observateur. L’inertie, à mon sens, est un état volontaire ou involontaire de l’homme, indépendamment des situations qui le contraignent ou non – limitant ou le privant ainsi de son pouvoir d’action –, qui nie les efforts de l’action ou de l’inaction et le maintient dans une léthargie, paralysie, incapacité à prendre des décisions. L’inertie c’est l’abnégation de la vie. L’inaction est utile lorsqu’elle préserve la vie ou lui insuffle de l’énergie. Ces nuances sont nécessaires pour comprendre qu’aimer la vie ne signifie pas se presser de la vivre ou être dans l’hyperactivité constamment. Aimer la vie signifie également prendre son temps, le savourer et ne pas être consumé par son influence qui pourrait être écrasante pour celui qui ne saurait l’employer à bon escient.

Certains hommes craignent tellement la mort que cette peur peut conditionner toute leur vie à travers le temps. Le temps devient alors pour eux une source d’angoisse, d’oppression et une raison de vivre constamment dans l’urgence. Pourquoi pouvons-nous craindre la mort ? Parce que nous craignons de ne plus être, de ne plus exister ou de ne pas avoir suffisamment de temps pour vivre pleinement. En pleine conscience, le temps n’existe plus et notre conscience a accès à des informations qui dépassent notre entendement. Nous savons en pleine conscience que nous n’avons aucune raison de craindre l’inexistence ou l’annihilation de l’être, car nous embrassons l’éternité du temps dans l’instant présent et nous savons que la mort n’est que le commencement d’une nouvelle vie. L’être ne cesse d’être. Il perdure dans une autre dimension, changeant constamment d’un état à l’autre, comme toute chose que nous pouvons observer dans la nature – et même celles que nous ne pouvons voir à l’œil nu ; nous savons qu’elles existent sans pour autant qu’elles soient perceptibles ! Ni le temps ni la mort ne doivent donc constituer des obstacles à notre développement et épanouissement. Lorsque nous focalisons notre attention sur ce qui paraît plutôt que sur ce qui est, nous nous condamnons à suivre le processus de la mort et cela parce que nous refusons de prendre conscience que tout est et perdure au-delà du temps.

Vivre c’est surtout être conscient. Aimer c’est employer son temps avec amour. Et quelle meilleure manière d’aimer si ce n’est en offrant son temps aux autres et en conservant du temps pour soi ? Aimer la vie c’est vivre chaque instant comme s’il était le dernier, en abolissant la notion du temps. Être réellement vivant c’est donc être présent dans l’éternité du temps, en pleine conscience et dans l’amour à chaque instant. Et chaque instant est déterminé par notre prise de position, notre décision qui reflétera profondément l’amour que nous avons à offrir, l’être que nous sommes réellement ou celui que nous souhaitons devenir.

father-and-son-2258681

Rédigé par Leandro De Carvalho.

 

 

Enfants de l’Univers

adam-and-eve-1687782r

Je suis est un état constant et en changement permanent. Je suis là, je suis vivant en cet instant et j’en ai conscience. Ce n’est pas un état qui change du jour au lendemain, pourtant : notre être subit des changements constamment d’un moment à l’autre. Ce qui me définissait hier n’est plus tout à fait ce qui me définit aujourd’hui et ce qui me définira dans à peine quelques secondes. D’ailleurs, qu’est-ce qui me définit ? Définir implique mettre des limites à ce que je suis et en déterminer une description précise et définitive. En perpétuel mouvement, est-ce vraiment possible de définir un être dans son intégralité ? À l’image d’un enfant, l’être humain, peu importe son âge, est dans une phase constante d’apprentissage et d’évolution. L’école de l’homme n’est autre que la vie elle-même. Et si la vie est son école, qui est donc son maître ? L’Univers. En observant l’Univers, l’être humain en apprend davantage sur lui-même ainsi que sur le monde et prend le temps d’apprendre et de comprendre qu’il n’est pas si différent de l’Univers, comme il pourrait le prétendre ou le croire s’il ne prend en considération uniquement ce que ses yeux perçoivent.

Des êtres illimités

De manière générale, nous pourrions dire que ce qui définit un être est l’accumulation de ses expériences, des actions qu’il a entreprises et des pensées qu’il a émises tout au long de sa vie. Enfin… en théorie, cela pourrait être ainsi, mais nous savons tous que très peu de personnes se soucient vraiment des pensées que l’on émet, préférant de loin nous associer aux dettes que nous avons ou non accumulées !

night-1077855

De nos jours, nombreux sont ceux encore à s’intéresser et à vous définir par la richesse de votre compte en banque plutôt que par la richesse de votre réflexion, gentillesse ou imagination ! Cette manière de penser est davantage attachée au passé des êtres qu’au moment présent ; elle ne prend point en considération le changement et l’évolution des hommes et des situations ; elle condamne ainsi tout être humain à être défini par l’ensemble de ses actions passées. Mais nous le savons tous : nous ne sommes pas limités à ce que nous avons vécu ! Cela ne nous définit absolument pas intégralement, cela définit uniquement une situation à un instant T qui a engendré une action et une réaction de notre être. Nous sommes bien plus que toutes les erreurs que nous avons pu commettre et que nous continuerons à commettre, car elles font partie intégrante de notre enseignement et nous aident à révéler chaque jour un peu plus notre véritable identité. Toutes les actions peuvent être définies sur l’instant où elles ont été effectuées. Ces actions ne sont plus attachées à notre être, mais à ce que nous avons été sur l’instant. Et ces actions seront destinées à se répéter continuellement tant que nous n’opérerons pas un réel changement de notre être. Un changement qui transformera notre vie et laissera place à l’évolution, annihilant ainsi ces situations récurrentes qui n’ont de but que de nous refléter ce que l’on pense. Tant que nous n’accepterons pas d’adopter une nouvelle vision de nous-mêmes et du monde, tant que nous n’embrassons pas le changement : nous resterons ancrés dans les limites du temps et de l’espace et tous nos vieux démons referont tôt ou tard surface.

À mon sens, l’unique et véritable définition de ce que nous sommes est que nous sommes tous des enfants de l’Univers. C’est une constante de l’Univers dont l’espace et le temps n’ont aucune influence : nous sommes d’éternels enfants et, quel que soit notre âge, nous serons toujours en enfance aux yeux de l’Univers.

bannierearticle31

Lorsqu’on me suggère de prendre telle ou telle nationalité, j’ai pour habitude de répondre : « Quelle importance ? Je suis un habitant de la Terre. Les origines, les nationalités, les différences culturelles… Je ne vois aucune barrière, aucune frontière. Je me considère avant tout comme un citoyen du monde, comme un enfant de l’Univers. » Posons maintenant la question : « Qui es-tu ? » à quiconque. Que va-t-il vous répondre ? Il commencera certainement à vous annoncer son nom et son prénom, sa date et son lieu de naissance, etc. Dès l’instant où nous ne nous voyons qu’à travers ce flux d’informations éphémères et dérisoires, nous nous imposons des limites et définissons notre être à travers de futiles descriptions qui ne révéleront jamais avec exactitude ce que nous sommes réellement. La manière de penser et d’agir présentement en révèle beaucoup plus sur une personne que tout ce qu’elle a pu vivre auparavant. Ainsi, nous restons ouverts au champ de toutes les possibilités et nous pouvons percevoir les êtres tels qu’ils sont en cet instant précis. Demain, ils ne seront peut-être plus les mêmes. Mais ce qui restera constant c’est que nous sommes tous impliqués dans un processus d’apprentissage perpétuel sur nous-mêmes et sur le monde qui nous entoure.

Nos seules limites sont celles que nous nous créons. Nous sommes notre propre limite. Nous pourrions également considérer comme limite ou enveloppe de protection ce corps d’emprunt qui filtre sans cesse les informations pour que nous puissions vivre notre expérience humaine en explorant des sens nouveaux et des dimensions nouvelles, adaptées à notre portée et vision d’enfant.

A lécole de la vie

La vie est l’école de l’être qui apprend à devenir humain ou de l’humain qui réapprend à être – ce qu’il a toujours été : une représentation de l’Univers matérialisée pour mieux le réintégrer. Ce n’est pas si étonnant de voir autant d’êtres désorientés par l’espace, le temps et cette dimension si dense qu’ils en oublient leur provenance. Les difficultés qu’ils rencontrent tout au long de leur vie ne se produisent pas pour les déstabiliser ou aller contre leur volonté, elles ont lieu parce qu’ils vont contre eux-mêmes et se refusent d’être à l’image de l’Univers : des êtres illimités, créatifs et plein d’amour.

rhino-1727333

Un enfant est dans l’âge de l’innocence. Il est tout simplement, sans penser à toutes les notions et valeurs que nous avons acquises de par notre éducation, environnement et expériences personnelles. Ce sont les êtres les plus purs que nous pouvons rencontrer ici-bas. Ils n’éprouvent aucune malveillance et lorsqu’on leur sourit : ils vous renvoient allègrement un sourire en retour. Un enfant c’est l’Univers à l’état pur : une concentration d’énergie et d’amour qui répand gracieusement une lumière aux alentours. Les enfants ont tellement de choses à nous apprendre ! N’oublions pas que tout être a connu cet état d’innocence (et de bienveillance). Certains le perdent en grandissant, mais il est ancré en nous pour toujours. Quand je vois des êtres en souffrance, je vois leur enfant intérieur en mal d’amour. Nous conservons tous notre âme d’enfant, il n’y a que notre corps qui change physiquement. En grandissant, nous prenons bien évidemment conscience de beaucoup de choses, mais notre enfant intérieur demeure en nous et nous suit comme notre ombre. Et si nous négligeons son importance, il ne peut agir positivement sur notre existence. Nous devons l’écouter et lui fournir de la lumière, d’où l’intérêt de réaliser ses rêves. Notre véritable évolution est de revenir à l’essentiel. Cette essence représentée à travers les yeux d’un enfant qui ne juge point et qui reflète un amour inconditionnel.

L’être humain est dans un processus constant d’apprentissage. Et toutes les étapes de sa vie le mènent immanquablement à répondre au mieux à la question suivante : « Qui suis-je ? » Je suis ne trouvera vraiment de sens qu’à la fin de notre existence. Quelles que soient les circonstances, une forte énergie pousse l’être humain et l’encourage à vivre ses expériences ainsi qu’à se dépasser, à repousser ses propres limites. Quoi qu’il puisse vivre, il ne sera jamais seul, car l’Univers veille constamment sur lui et le guide.

Toutes les épreuves que nous vivons nous aident à grandir, à mûrir et sont des opportunités d’évoluer. Nous pouvons décider d’aller contre la vie et donc contre soi-même ou nous pouvons décider de suivre l’exemple de notre immense figure maternelle ou paternelle : l’Univers. L’Univers ne portera jamais de jugements envers les choix que nous déciderons de faire, nous sommes notre propre juge, altérant, freinant ou permettant notre évolution dans ce cycle riche d’enseignements. Notre crainte de la grandeur, des autres, du monde extérieur nous empêche de croître tel que nous le pourrions si notre peur ne gouvernait pas notre cœur. N’est-ce pas notre pouvoir créateur qui nous fait peur ? Un enfant avec un trop grand pouvoir dans les mains et une grande responsabilité, n’aurait-il pas peur ? Il refuserait certainement ce pouvoir, préférant demeurer un peu plus de temps dans l’innocence de son enfance. N’est-ce pas le cas de la majorité des gens ? Notre conscience en sait bien plus que nous ne pourrions le prétendre, mais nous désirons rester encore un peu plus dans l’inconscience de notre véritable provenance. Pourtant, la pleine conscience nous délivre de toutes nos souffrances. Et l’homme, en pleine conscience, comprendrait qu’il n’est rien d’autre qu’un enfant de l’Univers et que tout l’Univers se reflète à travers ses yeux.

Nous traînons tous des blessures d’enfance et notre vie entière est bâtie selon l’amour que nous avons reçu ou non étant enfant. Combien d’entre nous gardent secrètement ces blessures pensant qu’elles se guériront en les oubliant ? Le seul remède qui peut panser nos plaies ouvertes est définitivement l’amour. Il n’est pas nécessaire que cet amour vienne des autres, il doit avant tout provenir de soi-même. Qui mieux que soi est capable de pallier à ce manque qui nous fait croire que nous sommes des êtres incomplets ? Nous avons en nous toutes les ressources nécessaires puisque nous sommes à l’image de l’Univers. Tel un enfant qui apprend à marcher dans la bonne direction et dans les meilleures conditions, tout ce dont nous devons avoir conscience pour être dans le bon sens c’est de faire confiance. Tout est parfait dans l’ordre des choses de l’Univers. Faisons-lui confiance et vivons toutes les expériences en sachant qu’elles sont toujours pleines de bon sens. Aimer en toutes circonstances : voilà sans doute la meilleure explication de ce que nous sommes venus apprendre ! Tant que l’amour ne surpassera pas toutes les souffrances et les différences des hommes, ceux-ci resteront d’éternels enfants en pleine croissance et vivront répétitivement la phase de la crise d’adolescence !

Comme tout enfant, l’homme, conscient ou inconscient, fera ce qu’il croit être bon et juste. Nous faisons tous de notre mieux sur Terre. Chacun évolue à son propre rythme et a besoin de temps pour se reconnaître. Ne nous jugeons pas trop sévèrement et acceptons-nous tels que nous sommes : des êtres en constante évolution, libres de choisir qui nous voulons être. Notre être profond, lui, restera toujours le même : une partie intégrante de l’Univers, un enfant qui a besoin d’amour et de lumière pour s’épanouir et devenir la meilleure version de lui-même.

sun-1689783

Rédigé par Leandro De Carvalho
 Retrouvez l'intégralité du texte dans le livre
 "7 pensées qui ont changé ma vie", disponible prochainement sur www.lysonseditions.com 

Nous sommes nés pour réaliser nos rêves !

penny-board-1557422

Toute vie commence par ce processus magnifique qu’est la naissance. Notre conscience se manifeste ensuite et nous fait comprendre que toute notre vie nous devrons agir pour donner un sens à notre existence. Notre vie pourrait se résumer en trois actes : la naissance, la conscience et l’action – bien que je pense que la conscience précède notre naissance et que ces trois actes sont étroitement liés. Dès notre naissance, au fur et à mesure que nous grandissons, la faculté de penser et de discernement de l’être humain l’amènent à se questionner sur lui-même et sur le monde qui l’entoure, puis sur le sens profond de sa vie. Je suis laisse place à pourquoi suis-je ? Naturellement, l’homme consacre, dès lors, sa vie à combler le manque de cette information existentielle essentielle ; il étudie le monde et tout ce qu’il doit savoir pour s’adapter le plus convenablement possible, il cherche activement un travail qui l’occupera pour le restant de ses jours et l’aidera à obtenir, conserver une vie sociale riche et sécurisante – des relations humaines qui influenceront grandement toutes ses décisions dans son parcours vers la réalisation de lui-même et pour les plus téméraires vers la réalisation de leurs rêves. La vie ne nous a pas seulement dotés d’une conscience, mais également d’un univers intégré à notre conscience qui nous permet d’échapper à cette réalité, de mieux la supporter et de vivre dans une autre dimension qui ne rencontre aucune limite au développement de notre imagination. Les hommes l’ont appelé l’inconscience : elle est le temple sacré et impénétrable de l’élaboration de notre existence. Si l’homme peut être fortement influencé, heureusement pour lui : nul ne peut pénétrer ses pensées et ses rêves. Des rêves cultivés et gardés secrets par une force mystérieuse qui régit le monde et notre univers : l’amour. L’amour relie intimement les trois piliers de notre fondement et nous donne la réponse tant attendue à cette grande énigme que l’homme se pose : pourquoi suis-je ? Et pourquoi est-ce que je continue de vivre ?

rock-731140

Je suis

C’est un fait : la naissance marque la présence d’un être. Il est là, il est présent. Ce qui le rend humain, c’est sa conscience qu’il prendra connaissance en grandissant et en faisant l’expérience du temps. Lorsqu’il se regarde dans le miroir : l’homme sait qu’il a été et qu’il est toujours présent. Lorsque je suis prend les devants, le temps s’efface et l’homme en pleine conscience réalise que son existence ne peut être dépourvue de sens. Il est dans l’instant présent, conscient qu’il est là pour une bonne raison. Laquelle ? Il ne le sait pas très exactement. C’est pourquoi il déploiera son temps à s’occuper l’esprit en évitant de réfléchir à cette question aussi importante que déroutante qui pourrait bouleverser son existence.

Ce vide illusoire, nous aimons le combler comme bon nous semble, sans jugements ni malveillances provenant de l’extérieur. Au fond, nous aimons cette légèreté et ce prétendu non-sens de la vie parce que cela nous permet d’être libres d’agir sans assumer l’entière responsabilité de notre existence. « C’est de la faute de la vie ! », pourrions-nous rétorquer pour éviter d’être blâmés ! Nous pouvons également diriger des pensées négatives et accuser le sort de ne pas nous offrir une vie meilleure. Mais est-ce vraiment la vie qui ne nous donne rien ou nous qui nous privons de tout ?

En naissant, nous avons eu la vie. Une vie où tout être humain est libre de penser, de rêver et d’agir selon sa propre volonté : c’est l’état naturel qui devrait en théorie demeurer ainsi pour le restant de notre vie si celui-ci n’était pas constamment modifié et influencé par des éléments externes à notre pensée. Dès le plus jeune âge, nous sommes conditionnés, éduqués pour respecter et adhérer à des règles préétablies supposées préserver notre vie et celle des autres. Sans cela, notre séjour sur Terre serait certainement de courte durée ! L’être humain s’est adapté du mieux qu’il le pouvait à son époque et tente d’apprendre aux nouveaux venus de s’adapter à leur système, à leur mode de vie et de pensée. Certains, d’ailleurs, peinent à s’intégrer, car leurs pensées sont contraires à l’opinion publique et leurs idées sont rapidement rejetées, de peur qu’ils perturbent ou abolissent un système mondial qui a mis des siècles à se construire. C’est un système en voie de disparition qui subit d’étonnants changements grâce à une prise de conscience générale : l’être humain accepte de penser autrement et devient plus responsable !

Si beaucoup persistent encore à penser que la vie est vide de sens, nombreux sont ceux à lui donner un sens et à se tourner vers leurs rêves d’enfance pour vivre une vie riche d’expériences. Ils ont compris l’importance de vivre en pleine conscience et d’être en exploitant toute leur intelligence. Nous pouvons être et nous déplacer ci et là, suivant docilement le courant, nous adaptant au mouvement collectif sans assumer le pouvoir créateur que nous avons sur le moment présent : celui de transformer nos pensées en actions et transporter à travers ces actions notre conscience pour leur importer du sens.

eye-491625

Nous sommes tous un flux de pensées qui rêvent de se matérialiser dans notre réalité. Nous avons tous des rêves en attente de réalisation qui espèrent que notre conscience leur donne la permission d’entrer en action. L’être humain est un grand rêveur par nature et seule l’action peut le conduire à son entière satisfaction.

L’être humain est né avec la capacité de penser et de rêver. Ces deux facultés en font un être intelligent apte à s’adapter, à raisonner, ressentir des émotions, éprouver des sentiments et penser au sens de son existence. Pourquoi sommes-nous nés ? C’est sans doute l’énigme la plus mystérieuse de tous les temps et celle qui préoccupe le plus les hommes. Notre existence est-elle réellement vide de sens ? Nos facultés intellectuelles sont-elles le fruit d’une simple coïncidence et parcours de circonstances ? Sommes-nous limités à nos cinq sens ou en avons-nous davantage ? Pourquoi avons-nous une conscience et pourquoi celle-ci nous pousse-t-elle à rechercher le sens de notre existence ? Quelle est notre place dans l’univers ? Et quelle est l’importance de nos rêves dans ce monde matériel ?

eye-462565

Une vie vide de sens n’a aucun sens. Nous pouvons passer notre vie à croire que notre présence sur Terre est le fruit du hasard. Nous pouvons penser que l’Univers s’est amusé aux dés et nous a propulsés de manière aléatoire là où nous n’aurions peut-être jamais voulu être, là où nous aurions éventuellement préféré céder notre place à un autre être. Mais non, c’est bien nous qui occupons cette place ! Nous pouvons être dans la négation ou dans l’acceptation. Nous pouvons nous contenter d’être dans l’adaptation ou dans la création. L’adaptation est un remède, mais elle n’est pas la solution la plus efficace pour celui qui désire vivre une vie pleine de sens. Bien sûr, l’adaptation est nécessaire, mais tant que nous resterons sagement dans un processus d’adaptation nous refoulerons continuellement notre processus créateur qui ne demande qu’à être exploité et libéré de nos conditionnements éphémères et illusoires. Quand bien même nous pensons que notre vie n’a aucun sens, nous devons lui en créer un. Cela nous est vital, sans cela nous avancerions aveuglément comme des pantins vers le sort qui nous attend tous : la mort. Or, bien plus important que la mort, la vie mérite toute notre attention. Et la vie est riche d’opportunités, de chemins qui ne demandent qu’à être empruntés ou créés. Pour cela, nous devons avoir une vision claire de ce que nous désirons, de ce qui nous insuffle un enthousiasme tel que nous nous remémorons pourquoi nous aimons tant être en vie. Quelle force puissante nous maintient en vie quand nos problèmes deviennent si lourds qu’ils nous étouffent, nous offrant la capacité de surmonter tous nos ennuis ou de poursuivre notre existence ? L’amour.

L’amour est l’énergie la plus puissante qui nous maintient en vie. L’amour est notre raison de vivre. Cette force donne un sens primordial à notre existence. En ce sens, il n’existe pas un seul être sur Terre qui ne possède pas intrinsèquement la capacité d’aimer. Et l’amour se présente sous différentes formes ; il y a autant de façons d’aimer que de rêver. Si vous ne trouvez pas de sens à votre vie, tournez-vous vers l’amour. Demandez-vous ce qui vous maintient en vie et la réponse vous paraîtra évidente. Nous sommes nés pour aimer et réaliser nos rêves !

clouds-1714088

Rédigé par Leandro De Carvalho

Retrouvez l’intégralité du texte dans le livre « 7 pensées qui ont changé ma vie« , disponible prochainement sur www.lysonseditions.com

 

Comment sera le monde demain ?

planet-1348079_1920

On pourrait s’étonner encore de toute la violence générée à outrance mais avons-nous seulement pensé aux solutions réelles qui peuvent être apportées ? Notre peur des autres nous conditionne à faire l’impasse sur des mesures qui pourraient, pourtant, s’avérer être efficaces. Il n’y a qu’à réfléchir aux comportements de l’homme vis-à-vis des animaux pour se rendre compte que la violence est omniprésente et banalisée tous les jours. Pourquoi considère-t-on aujourd’hui un homme qui maltraite un animal domestique comme un potentiel criminel et tous ceux qui travaillent dans des abattoirs comme des citoyens modèles ? Notre traitement envers certains animaux est un exemple flagrant de notre violence. Au fond, libre à chacun de se nourrir comme il le désire. Nous avons tous des besoins à combler et il est tout à fait naturel de devoir se nourrir. La vie est présente partout et sous différentes formes. La vie se nourrit de nous et nous nourrit également. Je pense qu’il est simplement important de respecter la vie et toutes les ressources qu’elle met à notre portée.

Notre rapport à la vie

dog-659856_1920

Que craignons-nous le plus ? De changer nos habitudes, de changer notre mode de vie, de ne plus avoir de travail ? Nous sommes tous capables de nous renouveler et d’agir en respectant les êtres vivants et sensibles. Notre surconsommation, notre rythme frénétique est en train de conduire notre planète à un état critique. Nous devons ralentir ! Nous devons respecter davantage le sort des animaux et leur sensibilité. Ne peuvent-ils pas également mériter de vivre dans la décence et être traités avec davantage d’intelligence et d’humanité ? Notre rapport à la vie est déterminant face à tout ce qui se produit. La vie n’est que le reflet de ce que l’on pense et ce que l’on fait de manière inconsciente ou consciente. Et si nous prenions conscience que nous sommes les seuls responsables de la relation que nous entretenons avec la vie et qu’elle ne fait que nous refléter le regard que nous portons sur elle ?

fractal-1096039_1280

energy-1101474_1280

Il existe aujourd’hui, par ailleurs, des énergies nouvelles qui pourraient être mises en place et qui peinent à faire surface à cause des nombreux enjeux économiques et financiers. Pourtant, ces énergies nous apporteraient beaucoup plus d’avantages si elles étaient mises à notre disposition. Une fois de plus, les hommes préfèrent maintenir intacts leurs privilèges ; il faut que cela cesse ! Le monde va très vite et en même temps l’évolution est constamment freinée ou repoussée par ceux qui ont peur de l’avenir. L’avenir est inévitable ! Pourquoi ne pas aller tout simplement dans le sens de la vie au lieu de toujours vouloir aller contre ses envies ? On pourrait penser à tort que les ressources énergétiques ou vitales sont épuisables et, cependant, nous savons parfaitement qu’elles sont renouvelables d’une quelconque manière. Des solutions arrivent en temps et en heure pour résoudre chaque problématique ! Lorsqu’un élément disparaît, un nouvel élément de substitution apparaît sous notre nez ! Pourquoi a-t-on peur qu’il n’y ait pas assez de ressources pour tout le monde ? Pourquoi ne dit-on pas qu’il y a suffisamment de richesses, quelles qu’elles soient, pour tout le monde ? C’est notre attitude face aux richesses du monde qui est importante ; avoir un meilleur rapport à la vie nous permettra d’être tous davantage épanouis.

Notre rapport aux autres

fantasy-1155223_1280

Tant que nous ne dépasserons pas notre peur des autres, il nous sera difficile de penser au désarmement de toute la planète et à l’abolition des armes nucléaires. Nous avons la capacité de créer tous types d’armes et cela peut évoluer avec le temps ; de nouvelles armes peuvent voir le jour et être sans doute plus destructrices. La fabrication d’armes au nom de la sécurité est une hypocrisie flagrante car quoi qu’on en dise : une arme est faite pour tuer. Et ce pouvoir de tuer conduit à bien des dérives et engendre beaucoup plus de drames qu’il nous protège en réalité. N’est-il pas étrange que l’homme se protège constamment de lui-même ? Cela montre bien l’état d’esprit dans lequel certains baignent : l’insécurité, la peur, le mal-être. Et si nous étions en harmonie avec soi-même et tous les êtres ? Aurions-nous l’idée de souhaiter que des membres de notre espèce disparaissent ? Aurions-nous l’idée de nous attaquer nous-mêmes si nous avions conscience que l’autre fait partie intégrante de soi ?

Nous passons beaucoup trop de temps à pointer du doigt nos différences au lieu de nous concentrer sur ce qui nous rassemble. Nous nous sommes créé des ennemis au sein de l’humanité alors qu’en réalité notre seul ennemi c’est notre façon de penser. Et si nous pensions à être des alliés les uns pour les autres au lieu de nous battre les uns contre les autres ? Si nous développons notre compréhension des aspirations des autres, nous nous ouvrons à l’amour et nous annihilons tout sentiment de haine. Car, au fond, la haine résulte de l’incompréhension. Laissons nos appréhensions de côté et ouvrons-nous à de nouvelles pensées. Acceptons également de ne pas tout comprendre et d’aimer les autres sans condition. Tout le monde est ici pour une bonne raison. Ne cherchons pas à contrôler les autres ; contrôlons seulement nos pensées et nos actions. L’avenir de l’humanité dépend uniquement de notre manière de penser et d’agir.

Notre rapport à soi

hands-600497_1920

aurora-1185877_1920

L’unique personne sur laquelle nous pouvons agir n’est autre que soi-même. Nous pouvons retrouver notre essence et montrer l’exemple. Vivre une vie épanouie, retrouver son harmonie, s’aimer et aimer la vie sont des évidences ! Imaginez l’avenir de l’humanité si tout le monde était en harmonie avec soi-même, si tout le monde vivait réellement la vie qu’il aspire à vivre, en harmonie avec les autres et le monde. Ce monde-là est possible ! Cette vie que nous rêvons est réalisable ! Il ne tient qu’à nous d’être à l’écoute de ses envies et de faire tout son possible pour vivre pleinement sa vie sans éprouver le besoin de blesser autrui. Un être bien dans son corps et dans sa tête ne ressentira aucune envie de voir les autres disparaître. Il aura compris que chacun est essentiel au développement de notre planète et qu’il n’est pas ici pour vivre aux dépens des autres mais pour jouir de son propre épanouissement. Avant de penser au bien-être commun de l’humanité, l’homme doit d’abord procurer d’être en toute harmonie avec lui-même. L’homme ne doit pas chercher à être parfait, il doit simplement être vrai. Et la vérité c’est qu’on ne peut obliger les autres à changer, on peut seulement leur donner envie d’accomplir et d’agir en inscrivant leurs actes dans l’éternité, en toute humilité. Acceptons nos défauts et nos qualités ! Veillons à toujours donner le meilleur de soi-même, à transformer chaque événement négatif en un dénouement positif et faisons de nos défauts une occasion d’évoluer. La relation que nous entretenons avec nous-mêmes est la plus importante car elle influence grandement le comportement de l’humanité entière.

À force de rester ancrés dans les souvenirs du passé sans nous concentrer sur ce que nous pouvons entreprendre pour l’améliorer et ne pas recommencer nos erreurs, nous sommes condamnés à reproduire ces schémas de malheur. Aujourd’hui, ils prennent juste une nouvelle ampleur mais ils demeurent dans la lignée des précédentes années. Et ces schémas persisteront tant que nous ne déciderons pas de changer radicalement notre vision de la vie et notre comportement. Que peut-on faire alors si nous ne pouvons pas changer le monde actuel victime des réminiscences de son passé ? Comme le disait Gandhi : « Sois le changement que tu veux voir dans le monde. » Nous pouvons faire quelque chose de simple, à notre niveau et qui peut avoir des conséquences positives sur l’humanité entière : avoir de belles pensées et vivre en pleine conscience. Nous pouvons nous libérer des schémas à répétition qui nous ont été légués par nos précédentes générations, nous pouvons penser le monde autrement et commencer à entreprendre ce que nous voudrions laisser comme souvenir aux futures générations. Si le monde actuel a été créé par les pensées de nos prédécesseurs, qu’allons-nous penser aujourd’hui pour que demain soit un monde meilleur ?

earth-405096_1920

Rédigé par Leandro De Carvalho.

La pensée crée la réalité !

La pensée crée la réalité !

On pourrait sous-estimer le pouvoir créateur d’une pensée… toutefois, tout naît d’une pensée ! Notre pensée crée la réalité. Le monde tel qu’il est aujourd’hui a été bâti grâce aux pensées des hommes qui nous ont précédés. Si on observe l’échelle du temps de l’évolution de la pensée : la pensée s’est fortement développée. Il reste, néanmoins, beaucoup de points qui peuvent être améliorés. L’Univers enregistre tout et nous portons en nous les empreintes du passé de l’humanité. Notre société actuelle se plaît à remémorer tous les événements passés, et c’est une bonne chose pour ne jamais oublier ce qu’il s’est déroulé, cependant, il nous est nécessaire également de faire la paix avec ce passé, de couper le cordon ombilical qui nous relie pour pouvoir laisser émerger de nouvelles pensées et contribuer à la construction d’un monde « libéré » ou « guéri » de toutes ses blessures.

Le pouvoir de l’intention

road-924566_1280

L’intention est primordiale à toute action. Elle précède la pensée, l’oriente et engendre l’action. La plupart des personnes qui influencent le monde aujourd’hui sont attirées par le pouvoir bien plus que par notre sérénité et notre épanouissement personnel. Ces dirigeants pensent à court terme. Leur intention, si elle était réellement bienveillante, engendrerait davantage de bienfaits pour l’humanité. Pour le moment, le système tient encore mais il est comme une bombe à retardement qui s’apprête à exploser à n’importe quel moment. Pourquoi ? Parce que le système ne pense essentiellement qu’à sauvegarder ses intérêts au détriment des besoins réels de l’humanité. Cela n’est pas fait pour durer, et cela malgré tous les outils mis en place pour maintenir notre conscience dans un état de léthargie pour mieux supporter les événements sans qu’ils aient l’air d’une tragédie. Nous avons le droit d’être révoltés et de vouloir que les situations changent ! Bien avant nous, des hommes et des femmes se sont battus et ont osé réclamer haut et fort des changements pour l’évolution de l’humanité. Et ils ont eu raison ! Leur intention a été triomphante et nous a permis une liberté d’action qui autrefois était punissable et inenvisageable.

girl-162474_1920

L’évolution de la société ne se fera pas du jour au lendemain, cela prendra le temps qu’il faudra, peut-être même que cela prendra des siècles et des siècles avant d’arriver à un meilleur système de vivre ensemble qui, aujourd’hui, devient obsolète. Au fond, ce n’est pas tant la situation actuelle qui importe mais notre rapport face aux situations qui nous incombent. N’oublions pas que demain la société sera composée de tous les nouveau-nés qui n’ont pas encore eu le temps d’être souillés par les pensées arriérées de l’humanité. Chaque jour naissent des libres penseurs et grâce à eux le monde ne pourra qu’être meilleur.

Combien de personnes pensent qu’un seul être humain ne peut pas faire le poids face au reste du monde ? Combien d’exemples légendaires avons-nous eus pour nous prouver le contraire ? Nelson Mandela, Gandhi, Mère Teresa, Walt Disney, le Dalaï-lama, pour n’en citer que quelques-uns… Tous ont contribué à leur échelle à l’amélioration de notre monde et à l’expansion de belles idées qui, encore aujourd’hui, résonnent dans nos esprits. Leur intention bienveillante était plus forte que tout et elle a fait d’eux des personnages éternels qui auront à jamais marqué l’Histoire. Nous avons tous le potentiel de révéler notre grandeur à condition que nos intentions soient les meilleures. C’est l’amour de l’humanité qui doit nous porter plutôt que l’amour du pouvoir. Et le pouvoir de l’intention peut changer toutes les situations.

Le pouvoir de l’imagination

cupid-846939_1920

Rien n’est dû au hasard. Le monde d’aujourd’hui a été pensé, imaginé avant même que ne nous posions notre premier pied-à-terre. Ce sont de grandes idées qui ont construit notre monde. Pourquoi est-il important de conserver sa capacité de penser ? Pour apporter au monde de nouvelles idées et imaginer ce que pourrait être demain. A l’école, on nous apprend très souvent à ressembler à tout le monde au lieu de mettre en évidence et développer nos différences. Dès que quelqu’un sort du lot, on l’exclut en le qualifiant de « marginal » ou de « rebelle » mais, ne sont-ce pas des personnes qui sont allées à l’encontre des idées actuelles qui ont changé la face de notre monde ?

Beaucoup se battent pour que ce monde ne change pas et pour conserver leurs privilèges ici-bas. Pourtant, bien que l’on veuille nous éduquer à être convenablement intégré à la société, il y a un élément qu’on ne pourra jamais nous enlever : notre imagination, notre liberté de penser.

Einstein disait : « L’imagination est plus importante que la connaissance. »

Pourquoi, dès lors, passe-t-on plus de temps à vouloir nous inculquer des connaissances plutôt qu’à enrichir notre imagination ? Parce que chacun dispose d’un pouvoir grandiose qui peut bouleverser la face du monde ! L’imagination offre un grand pouvoir.

L’intelligence n’est pas nécessairement une accumulation de connaissances. L’intelligence véritable dispose d’une intelligence émotionnelle qui lui permet de distinguer ce qui est bon d’emmagasiner ou de laisser de côté tout en ayant une ouverture d’esprit sur les questions de l’humanité et du monde. L’intelligence bienveillante ne se ferme pas dans des idées calfeutrées qui freinent l’évolution de l’humanité. La vraie intelligence est celle du cœur, le savoir est son mentor et l’imagination en est le moteur. Être curieux de tout est une véritable qualité pour percevoir les échos de la « Vérité », à condition de garder son esprit ouvert au champ de toutes les possibilités.

Le miroir de l’âme

10003687_547129365384363_629964686_o

La réalité d’aujourd’hui est à l’image de l’âme de l’humanité. Une humanité en partie écorchée vive, avec des blessures saillantes et qui ne sait comment se soigner. Nous déplorons, tous, le manque de partage, l’inégalité des richesses, les conflits, les guerres, la dureté du monde du travail et de l’entrepreneuriat, l’épuisement des ressources, etc., attendant désespérément que de grandes décisions soient prises oubliant que nous avons le pouvoir de nous détacher de cette emprise. Comment ? En aspirant à être en harmonie avec soi-même, en prenant du recul sur la société actuelle et en cherchant à vivre pleinement sans céder à la pression de la consommation, de la raison et de la « médiocrité » ou « normalité » qui nous est inculquée. Nous sommes tous nés grands !

Nous sommes nés pour accomplir de grandes choses ! L’argent est le nerf de la guerre sur cette planète. Or, nous avons le pouvoir de l’utiliser comme bon nous semble et même de pouvoir influencer le marché grâce à la manière dont nous l’employons. Avez-vous pensé qu’il suffirait d’une seule journée où nous ne dépensons rien pour créer une catastrophe économique et financière ? Effrayant, n’est-ce pas ? Pour qui ? Pour tous ceux qui nous dirigent. Je ne suis pas certain que cela soit la meilleure des solutions mais, sans en arriver jusque là, nous pouvons utiliser notre porte-monnaie de manière plus consciencieuse pour notre véritable bien-être. Contrôlons les émotions qui peuvent nous être néfastes, ne nous laissons pas influencer sans penser à notre évolution. À notre échelle, nous pouvons commencer à agir dès aujourd’hui et notre exemple résonnera dans le cœur de l’humanité. La vie nous renvoie les pensées que nous lui projetons et les émotions que nous lui exprimons. Ici-bas, toutes nos croyances se matérialisent, tous nos rêves se réalisent. Le monde est le miroir de nos âmes communes et c’est justement cela qui fait toute sa fortune…

Rédigé par Leandro De Carvalho.

Si on vous le demande, ne changez surtout pas !

baby-1232248_1920

Pourquoi ne faut-il pas changer quand une personne vous le demande ? Pourquoi faut-il attendre que le changement, s’il s’impose, vienne de nous-mêmes ? Pour répondre à ces questions, nous devons distinguer le « changement » et l’ « évolution ». Combien de fois votre entourage vous a-t-il demandé de changer une partie de votre comportement ou une partie de votre personnalité pour que vous soyez davantage à leur goût ou adapté à ce qu’ils attendent de vous ? On ne les compte plus ! C’est presque devenu une habitude malsaine de toujours critiquer et dire que cette coupe de cheveux ne nous va pas ou que nos mimiques ne plaisent pas, etc. Vous savez quoi ? On ne peut pas plaire à tout le monde ! Mais si cette coupe de cheveux vous plaît : conservez-la ! Si vous ne pouvez vous empêcher d’avoir des mimiques faciales qui dérangent les autres et qui font partie de vous : que voulez-vous changer ? Cela constitue votre différence ! Et notre différence est une richesse ! La plupart des gens déprécient les différences et souhaitent vous voir rentrer dans une « norme » qui leur paraît « logique » et plus gratifiante. Logique et gratifiante pour qui, pour quoi ? Détrompez-vous : la logique est de rester tels que nous sommes, d’assumer et de développer nos différences ! Pas de les changer, de les développer ; d’en faire des atouts, des forces plutôt que des embarras et des poids sur nos épaules.

Être à l’écoute de soi-même avant les autres

nature-690164_1280

L’avis le plus important c’est le vôtre ; pas celui des autres. Certes, les autres peuvent être de bon conseil et vous inviter à améliorer une partie de vous que VOUS souhaitez changer et vous ferez bien d’écouter leurs conseils – étant donné que vous êtes la personne à l’origine de la quête d’un changement. Dans ce cas : l’avis extérieur peut être un bon indicateur du chemin à suivre pour parvenir à votre recherche du changement. Dans le cas où vous n’avez rien demandé : prenez garde ! Les avis extérieurs sont à prendre avec beaucoup de précautions. Nos différences peuvent les déranger parce qu’ils ont, possiblement, un différend à régler avec eux-mêmes et, du coup, ils renvoient à travers vous leurs problèmes. Faites donc la différence entre les avis qui aspirent à vous procurer du bien et ceux qui sont malveillants et n’ont aucun fondement. Ceux-là n’en valent vraiment pas la peine et ils sont très nombreux à être déversés sur notre être en guise de « dépotoir » et de « défouloir ».

Personnellement, je m’abstiens toujours d’émettre une critique qui n’est pas constructive ou qui peut empêcher le développement personnel de l’autre sans qu’on me le demande. Je respecte le libre-arbitre de l’autre. Et si on me le demande et que je n’ai que très peu de choses positives à dire ; je le dis franchement sans tourner autour du pot, en expliquant toujours le fond de ma pensée en toute bienveillance ou je me tais si la personne en face de moi manifeste des signes d’intolérance. Je pourrais, bien sûr, m’exprimer autrement avec plus de tact et de diplomatie mais cela ne serait plus moi ! Or, l’impact de mes dires aurait-il toujours le même impact s’ils étaient délivrés autrement ? Nous avons tous notre propre manière de nous exprimer, elle ne pourra jamais plaire à tout le monde. Ce n’est pas une raison pour se dénaturer ! Être en harmonie avec soi-même suggère de se respecter et de s’accepter tel que l’on est. Si les autres ne vous acceptent pas tels que vous êtes et que vous vous sentez jugés en permanence ; peut-être est-il temps de penser à changer d’entourage plutôt que de se changer soi-même.

solitude-455768_640

Être à l’écoute de soi-même avant les autres est primordial pour ne pas être influencé à changer votre nature profonde qui, elle, vaut de l’or. Les personnes qui ne reconnaissent pas leur propre richesse intérieure auront tendance à vouloir vous priver de la vôtre, inconsciemment, n’ayant pas pu développer et mettre à profit leurs propres différences. Vous voulez un avis sincère et bienveillant ? Tournez-vous vers les personnes qui ont de l’estime pour elles, qui n’ont aucun complexe, qui se connaissent et s’acceptent aisément avec leurs qualités et leurs défauts, qui savent l’importance de se développer en toute confiance et qui savent distinguer l’amour de soi et l’excès d’amour-propre. Ces personnes-là, qui ne ressentent pas le besoin de rabaisser les autres pour se sentir exister et valorisés, sauront vous aider à donner le meilleur de vous-mêmes sans aucune animosité et brin d’adversité. Nous sommes tels que nous sommes, nous n’avons pas besoin de changer. Nous changerons avec le temps, si nous ressentons l’envie de changer. Non pas pour faire plaisir aux autres mais pour soi-même. Parce que ce sera un désir profond de notre part. Non pas pour combler le manque d’estime des autres ou reproduire le schéma lié aux blessures qu’ils ont pu avoir dans leur passé mais parce que nous serons portés par la révélation de notre véritable « moi ».

Faire face aux critiques négatives

843938_368285533268748_1767953799_oR

Plus vous serez critiqué, plus il se peut que vous soyez proche de votre véritable identité. Si vous n’êtes pas critiqué, c’est que vous ne faites rien de spectaculaire pour vous rapprocher de vos rêves. Je peux comprendre que nous préférions la tranquillité et les bons rapports mais, vous savez, j’ai moi-même enduré les frais de diverses critiques jusqu’ici et je me suis toujours senti tranquille dans mon esprit. Pourquoi ? Parce que les critiques ne m’atteignaient pas autant qu’elles auraient pu m’atteindre si je cherchais à faire à l’unanimité auprès de tout le monde. Fort heureusement, je n’ai jamais écouté mes détracteurs et mes choix pleinement assumés m’ont conduit à vivre des expériences qui ont enrichi mon essence. J’ai même eût droit un jour à une remarque qui m’a surprise : « Ton problème c’est que tu t’aimes trop ! » Vraiment ? Je n’ai jamais eu l’impression de m’aimer « trop », je m’aime à la hauteur de mon amour pour les autres et je considère ma personne comme faisant partie des « autres ». Pourquoi cela paraît-il « trop » aux yeux des autres ? Peut-être parce qu’ils ne sont pas habitués à voir autant de joie de vivre et autant d’amour envers la vie. J’ai appris à m’aimer, certes, mais j’ai surtout appris à aimer la vie et ceux qui font partie de ma vie ! Les gens n’entendent que ce qu’ils veulent bien entendre, inutile de dépenser son énergie à justifier sa personnalité si celle-ci est mal accueillie et mal interprétée. Ce que les autres disent de nous en dit bien plus sur eux que sur nous-même. Ceux qui manquent d’amour envers eux-mêmes auront toujours du mal à comprendre ceux qui débordent d’amour et qui refusent de se considérer comme des victimes de la vie ou bien des êtres limités. Continuez quand même de répandre de l’amour ! L’amour n’est pas un problème : il est LA solution à tous les problèmes !

Gardez à l’esprit que les autres nous témoignent l’amour qu’ils éprouvent envers eux-mêmes et envers le monde. Il n’y a aucun mal à s’aimer et affirmer sa personnalité, en harmonie avec soi-même. Ceux qui vous accepteront tel que vous êtes seront d’excellents alliés ; les autres seront tout bonnement à éviter !

Se détacher du regard des autres

ballet-1033163_1920

Autre raison pour laquelle nous pourrions être amenés à changer : le regard des autres. Un regard qui nous empêche, bien trop souvent, d’exprimer et de mettre en lumière notre essence. Le jugement des autres, si nous le prenons en considération, peut nous bloquer et nous empêcher d’oser être qui nous sommes sincèrement. Nous pouvons, ainsi, passer notre vie à vivre dans le « mensonge », se mentir à soi-même pour peu qu’auprès des autres nous renvoyions une image « convenable ». Tout cela est un frein à notre évolution. Le regard des autres peut occulter notre propre regard et nous transformer progressivement en quelqu’un qu’on ne reconnaît pas. Faites ce qui vous ressemble sans tenir compte de l’ « Ensemble ».

Quel regard avez-vous sur vous-même ? Quel regard ont les autres sur vous ? Depuis longtemps, j’ai pu constater l’énorme décalage qu’il y avait entre qui j’étais et ce que je reflétais aux yeux des gens. Peut-être ressentez-vous également ce décalage… Pourquoi peut-il y avoir un décalage ? Tout simplement parce que nous ne sommes pas en harmonie, en cohérence avec nous-mêmes ou bien nous ne l’avons pas été plus tôt – cela surprend alors votre entourage qui ne vous « reconnaît » plus. Parce que, justement, nous aspirions à plaire aux autres et nous ne faisions pas ce qui était en résonance avec notre être profond. Je me suis longtemps menti à moi-même en cherchant à me dénaturer et en effectuant des choix qui me correspondaient peu en comparaison de que me dictait mon cœur. Je cherchais comment m’adapter aux autres et puis j’ai compris que c’était aux autres de s’adapter à moi ! Si vous avez l’impression de vous mentir à vous-même et d’être aux dépens du regard des autres, dans ce cas-là, un conseil : restez comme vous êtes, mieux vaut être déprécié pour ce que l’on est qu’être apprécié pour ce que l’on n’est pas ! L’unique regard qui importe c’est le sien ; les autres s’y habitueront avec le temps !

portrait-1354356_1920

Si on vous le demande, ne changez surtout pas ! Quoi que vous pensiez, quoi que vous disiez, quoi que vous fassiez : cherchez toujours l’authenticité. Soyez authentiques, en harmonie avec vous-mêmes. Ne laissez pas les autres vous dicter les changements que vous seuls pouvez faire si votre cœur vous encourage à le faire. Ne cherchez pas à faire plaisir aux autres si on vous contraint à ne pas vous respecter et à faire passer votre plaisir personnel au deuxième plan. Restez sincères avec vous-mêmes et vous le serez également avec les autres. Et quoi de mieux que l’honnêteté et l’authenticité pour construire des relations solides et bienveillantes ? Nous changeons constamment chaque jour qui passe, naturellement. Le temps nous fait évoluer à notre rythme, de manière précipitée ou lentement. Qu’importe, le changement n’est ni bon ni mauvais ; il est inévitable. Le changement est l’essence de notre fil conducteur ; il nous permet d’avancer sur notre route sans percuter les passants qui traverseraient notre voie. Il nous aide à comprendre que, sans lui, nous ne pourrons arriver à la destination que nous nous sommes fixée. Sans changement : nous restons à l’arrêt. Il est notre ceinture de sécurité qui nous aide à rester vivants. Nous pouvons très bien ôter notre ceinture de sécurité mais, tôt ou tard, il nous faudra reprendre la route… et le voyage que nous entreprendrons pourrait bien nous changer à tout jamais ! Changer : oui ! Mais ayez toujours votre « essence » pour avancer !

boy-447701_1920

Rédigé par Leandro De Carvalho.

Les synchronicités

juggler-1216853_1920

Je vois des synchronicités régulièrement tous les jours. Depuis le développement de la théorie de la synchronicité par Carl Gustav Jung, force est de constater que ces synchronicités ne sont pas dues au simple hasard. Bien que diverses pensées aient été émises à ce sujet et que la science n’ait toujours pas réussi à démontrer la causalité de ces phénomènes, j’aimerais ici développer ma pensée sur la synchronicité pour apporter un nouveau témoignage sur un principe aussi naturel qu’intrigant que je vis depuis des années en pleine conscience. Comment se manifestent les synchronicités ? Que signifient-elles ? Quel message ont-elles à nous transmettre ? Quel rôle jouent-elles au sein de l’humanité et que nous révèlent leur manifestation à propos de notre présence sur Terre ? Ces synchronicités sont-elles réellement vides de sens ou nous informent-elles de notre pouvoir d’influence ?

Comment se manifestent les synchronicités ?

traveller-1149973_1920

Toutes ces coïncidences qui tombent à pic, ces apparitions spontanées d’amis auxquels nous étions en train de penser, ces solutions miraculeuses qu’on trouve à nos problèmes alors même que nous cherchions à les résoudre, ces heures miroirs que nous observons à chaque fois que nous regardons l’horloge ou bien ces messages subliminaux que nous entendons à la radio, à la télévision ou que nous pouvons retrouver dans un livre, un magazine et qui semblent s’adresser à notre subconscient… Tout cela : ce sont des synchronicités.

Nous pouvons également rencontrer des personnes qui nous sont agréables à regarder, qui nous communiquent de bonnes énergies et qui nous font penser à des amis que nous apprécions ou à d’autres que nous apprécions moins… Ces rencontres ne sont pas le fruit du hasard ; elles nous font sentir bien et sont comme des clins d’œil de l’Univers à notre égard ou bien nous avertissent de notre incompatibilité psychique,  nous invitent à dépasser notre apriori et à transcender nos sentiments négatifs pour nous amener à l’amour inconditionnel. Des moments qui s’alignent parfaitement avec notre pensée ou qui interviennent dans un moment parfaitement orchestré pour nous faire évoluer. Ces manifestations nous étonnent très souvent de par leur apparition au « bon moment ».

Je me souviens d’un jour où je suis allé vendre un produit pour lequel j’avais le sentiment d’avoir été lésé par le prix auquel on me l’avait acheté. En sortant de la boutique, je suis tombé nez à nez avec un panneau qui affichait « l’arnaque » en caractères gras. J’ai souri et je me suis dit : « Effectivement, je me suis bien fait arnaquer ! » La vie confirmait à travers cette synchronicité mon sentiment premier pour lequel je voulais me persuader du contraire. La vie m’alertait et m’envoyait un message clair ! Et sans doute ces quelques lignes représentent-elles une synchronicité pour vous ; un message qui arrive au « bon moment » ; au moment où vous vous posiez les questions sur les synchronicités et peut-être y trouverez-vous les réponses que vous attendiez.

Que signifient les synchronicités ?

aircraft-513641_1280

Depuis longtemps, et encore aujourd’hui, quand je regarde l’heure je tombe sur des heures miroirs ; il peut être 12h12, 13h13, 14h14 et ainsi de suite. Je ne comprenais pas toujours le sens d’observer de telles coïncidences jusqu’à ce que je comprenne qu’en réalité c’était simplement un message de l’Univers qui m’indiquait que j’étais au bon endroit, au bon moment, que j’étais sur la bonne voie en parfaite harmonie avec moi-même et avec l’Univers. Ces synchronicités témoignent de notre connexion, de notre conscience éveillée et de notre alignement avec nos aspirations profondes. La vie souhaite nous voir épanouis et emprunter les meilleurs sentiers pour notre évolution et félicité. La vie communique subtilement à travers les coïncidences, les synchronicités sont présentes pour nous rappeler que nous n’avançons pas seuls ; la vie est constamment de notre côté et veille sur nous, comme une mère veillerait sur son enfant et ferait tout son possible pour ne pas le voir trébucher. Et quand bien même il tomberait, la vie l’aiderait toujours à se relever pour qu’il continue d’avancer. Les synchronicités sont à l’image d’un sourire que la vie nous envoie pour égayer notre visage. Pensez-y la prochaine fois que vous serez le témoin d’une synchronicité : souriez, la vie vous transmet un message !

Quel message ont-elles à nous transmettre ?

quotes-729173_1920

Carl Gustav Jung a dit : « Ce qu’on ne veut pas savoir de soi-même finit par arriver de l’extérieur comme un destin. » En effet, les synchronicités sont aussi le reflet de ce que l’homme n’ose pas s’avouer. Dès lors, arrive un événement, un geste, une parole, une opportunité, qui lui permet de restaurer la vérité et d’éclairer ses sentiments à l’égard de sa situation. Seulement, nous ne voulons pas toujours accepter l’évidence et nous sommes alors condamnés à reproduire les mêmes erreurs tant que nous ne comprenons pas ce que ces erreurs ont à nous apprendre. Carl Gustav Jung évoque également quelques mots à propos de cela et affirme que : « Ceux qui n’apprennent rien des faits désagréables de leurs vies, forcent la conscience cosmique à les reproduire autant de fois que nécessaire, pour apprendre ce qu’enseigne le drame de ce qui est arrivé. Ce que tu nies te soumet. Ce que tu acceptes te transforme. »

Il nous faut accepter ces synchronicités comme des indications positives de notre chemin vers le changement et l’évolution. Ces coïncidences soulignent notre bonne orientation, elles sont bienveillantes. Libre à chacun d’en comprendre le sens et d’y voir une lumière plutôt qu’une frontière. Ces synchronicités sont pleines de sens ; elles interviennent à travers les êtres, les rêves, les circonstances, l’environnement, et même nos comportements inconscients. Pensez à tous ces « actes manqués », étaient-ils vraiment manqués ou, après mûre réflexion, n’étaient-ils pas en désaccord avec votre volonté profonde et n’allaient-ils pas vous mener dans une voie qui ne vous correspondait point ? Quand bien même nous refusions certaines opportunités qui nous auraient permis d’évoluer, la vie se synchronisera parfaitement avec notre volonté et saura revenir vers nous lorsque nous serons prêts.

Pas de panique ! D’une quelconque manière, le message qui vous est destiné parviendra à votre conscience lorsque vous déciderez de vous accorder davantage d’importance. Regardez en votre for intérieur ; il n’y a rien à l’extérieur qui ne soit pas déjà en vous. Notre conscience abrite toutes les réponses à nos questions ; les synchronicités aspirent simplement à éveiller notre conscience pour que les réponses nous paraissent plus claires. Et le plus clair message qu’elles ont à nous transmettre est : écoutez votre cœur, tout arrive à point et à la bonne heure. Gardez votre conscience éveillée et les évidences vous mèneront à votre destinée !

Que nous révèlent les synchronicités à l’échelle de l’humanité ?

vatican-1136071_1920

Cette synchronisation parfaite des événements et de nos pensées avec certaines personnes qui nous entourent témoigne de l’énergie qui circule et qui est omniprésente sur Terre ; preuve également que l’Univers enregistre tout et que toute information s’inscrit dans l’éternité du Temps. Le temps se mesure uniquement grâce à notre conscience et, en réalité, la distance entre la réalisation de nos pensées et le moment même où nous émettons une pensée n’a pas d’importance ; l’Univers la considère comme déjà réalisée !

Toutes les circonstances que nous rencontrerons par la suite seront des occasions de mettre des actes en exécution pour concrétiser la pensée. Ces opportunités viennent réconforter notre pensée et l’amener là où elle est destinée à aller, à condition qu’elle soit en harmonie avec les intentions créatrices et bienveillantes que la vie porte à notre propre intention. C’est également la preuve que nos pensées et nos actions influencent indirectement l’évolution de l’humanité et que l’être humain est fait pour se rencontrer, pour communiquer. Je l’ai souvent répété : notre vie est un message au monde autant que le monde a un message à nous transmettre. Ce que nous ignorons c’est que les pensées que nous émettons et les actions que nous entreprenons opèrent également dans la conscience des autres ; elles s’inscrivent dans l’esprit collectif et se synchronisent parfaitement à travers d’autres esprits en résonance avec les nôtres.

man-1031682_1920

Ne vous êtes-vous jamais demandé si au moment où vous aviez tendu la main à quelqu’un, quelqu’un d’autre à un autre endroit du monde et au même moment avait également pu agir de la même façon que vous ? Pourquoi lorsqu’une idée ou une tendance se profile à l’horizon, nombreux sont ceux à suivre cette idée, cette tendance aveuglément ? Parce que le moment où cette idée ou cette tendance doit prendre vie est venu et l’Univers fait tout pour être synchronisé avec les plans qu’il a prévu pour nous. Vous avez certainement eu un tas d’idées auxquelles vous avez préféré ne pas y prêter d’attention et vous avez pu remarquer par la suite que quelqu’un d’autre les avait mises en exécution. Vous vous êtes certainement dit : « Mais, c’est mon idée ! » Eh bien, en réalité, c’est l’idée de l’Univers ! Et n’ayant pu passer par vous pour donner vie à cette idée, il s’est adressé à quelqu’un d’autre qui a su l’écouter davantage et lui faire confiance. Quoi qu’il en soit : l’Univers n’attend pas que vous soyez prêt pour exécuter son idée si vous n’êtes pas disposé à l’écouter et à travailler avec lui… Si le temps est venu, l’Univers trouvera toujours une oreille attentive pour être entendu et veiller à ce que le monde continue de progresser en temps et en heure. L’Univers œuvre pour la vie et pour l’humanité ; s’il estime qu’une idée est prête à être partagée, il la mettra en exécution à travers tous les esprits qui lui prêteront attention.

mountain-298999_1920

Les synchronicités sont des preuves de notre connexion avec l’Univers et de notre unicité avec l’humanité entière. Dans le passé de l’humanité, il règne encore des mystères sur la construction identique de certaines structures et le comportement similaire avec d’autres civilisations alors même qu’ils ne disposaient d’aucun moyen de communication entre eux. Pour moi, la réponse me paraît claire : c’est l’une des particularités de la synchronicité ; la transmission simultanée de la pensée. La synchronicité est la manifestation de ce qui nous relie or, si l’Univers peut communiquer avec nous, nous pouvons également communiquer avec les autres à travers nos pensées et nos actions qui s’imprègnent dans leur conscience au moment même où nous passons à l’acte ! Le comportement que nous avons envers nous-mêmes est un héritage direct que nous léguons à l’humanité. La responsabilité de l’être humain envers lui-même est immense ; il porte en lui un message et le transmet à l’humanité entière. Les pensées et les actes ne sont pas sans conséquence : ils influencent l’avenir de l’homme et alimentent la conscience humaine. Tout être humain a un rôle prépondérant à jouer sur Terre et les synchronicités soulignent à quel point il est important d’être soi-même en harmonie avec le monde et de vivre en pleine conscience pour que nos pensées et nos actes ne provoquent pas notre décadence.

« Tout homme est une histoire sacrée » disait Patrice de La Tour du Pin.

On se rend davantage compte de la véracité de ses paroles quand on a conscience que l’homme est une expression de l’Univers et que l’Univers nous rappelle sans cesse à l’ordre pour nous révéler notre mission sur Terre et nous montrer à quel point nous sommes tous importants à ses yeux. À l’instar du papillon ; un seul homme peut provoquer un tremblement de terre autant qu’il peut faire ressortir le meilleur de cette Terre qui l’abrite dans une synchronisation parfaite.

« Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous. »

Paul Eluard

galaxy-10994_1280

Rédigé par Leandro De Carvalho.

Avons-nous un destin ?

Il y a des événements qui nous tombent dessus et qui nous semblent inévitables. On pourrait alors se dire tout simplement que c’est le « destin », que cela devait se passer comme cela. Est-ce vraiment le « destin » ? Existe-t-il des événements pour lesquels nous n’y pouvons rien ? Ont-ils été écrits d’avance ? Quelle est notre marge d’action ? Je me suis longtemps posé ces questions car nous pouvons avoir beaucoup d’impressions de « déjà vu » ; combien de fois nous sommes-nous dits « Je savais que cela allait arriver » et c’est arrivé ; combien de fois avons-nous eu l’impression qu’un événement était inévitable et que nous ne pouvions rien faire pour l’empêcher de se produire ? Lorsque j’évoque auprès des autres l’hypothèse que nous avons peut-être choisi les grandes lignes de tout ce qui nous arrive avant même que nous venions sur Terre, cela provoque énormément d’indignation et de colère. Pourquoi ? Il nous paraît impensable d’avoir choisi notre physique s’il nous est désagréable ; il nous paraît impensable d’avoir choisi d’avoir un accident s’il nous a rendus paraplégiques ; il nous paraît impensable d’avoir décidé de mourir jeune et de laisser nos parents endeuillés ; il nous paraît impensable d’avoir choisi de vivre une vie rude et contraignante… Moi-même j’ai vécu des périodes difficiles et, bien sûr, comme tout le monde, il me paraissait impensable que j’aie pu les choisir ! Et, pourtant, un jour je me suis demandé : « Et si j’avais choisi ces événements difficiles ? Pourquoi l’aurais-je fait ? »

Un rôle à jouer

Un jour, j’ai compris pourquoi j’aimais tant le cinéma. Il reflète ce que je pense de la vie ici-bas. Lorsqu’on regarde un film ; nous savons que c’est un film et bien qu’il relate des événements tragiques, nous prenons plaisir à le regarder car l’histoire se révèle être une belle leçon de moralité à la fin. Nous avons conscience que ce sont des acteurs qui jouent à la perfection leur rôle, ce qui nous permet d’avoir un certain détachement bien que nous soyons touchés profondément au cœur. Nous comprenons le message du film que lorsque celui-ci est terminé et nous comprenons pourquoi il a été réalisé. Le spectateur ne voit pourtant que le résultat final, oubliant que le film ne s’est pas fait du jour au lendemain ! Il a bénéficié de plusieurs mois, voire des années, de préparation, de répétitions et il a été réalisé à l’aide de personnes qui avaient toutes la même intention : transmettre un beau message à la population. Ce qui importe dans un film n’est pas tant les événements tragiques qui arrivent mais la réaction des personnages principaux face à ces événements.

Eh bien, la vie pourrait exactement être à l’image d’un film ! Imaginez que nous ayons tous choisi les grandes lignes de notre vie… Je dis bien les grandes lignes car tout n’est pas figé dans l’échelle du Temps. La vie est en constant mouvement et tout change selon les pensées que nous émettons. Je pense que nous avons choisi notre famille, l’environnement dans lequel nous évoluons, et tout cela dans quel objectif ? Parvenir à notre évolution, enrichir notre âme. Cela ne veut pas dire que nous ayons choisi ce qui arrive aux autres, je pense que nous avons choisi d’être en leur présence pour éveiller notre conscience. Et il faut entendre par « choix » plutôt une force d’attraction qui nous pousse naturellement à être au « bon endroit » pour notre évolution. C’est comme lorsque nous rêvons et que nous faisons un cauchemar. Pourquoi faisons-nous un cauchemar plutôt qu’un beau rêve ? Parce que notre esprit est en proie à des idées sombres et elles prennent le contrôle de notre mental. La loi d’attraction s’opère sans aucun jugement, elle ne fait qu’exécuter ce que nous cultivons, d’où l’importance de nourrir son esprit de pensées bienveillantes et enrichissantes.

sunrise-1370528_1920

Pourquoi aurions-nous choisi le physique qui est le nôtre, la vie qui nous est propre si nous ne les aimons pas ? Là aussi, il faut se demander quelles sont nos véritables aspirations dans la vie et ce que nous attendons d’elle. Si vous souhaitez vivre une vie infiniment riche et que vous êtes nés dans une famille qui n’est pas riche, quel sens cela a-t-il ? C’est le contraire de ce que nous aurions voulu ! Oui, mais… réfléchissons… Si nous étions notre propre père et que nous portions un regard bienveillant envers notre enfant (en l’occurrence soi-même) et que nous sachions exactement les conséquences, les dérives et les avantages qu’engendre la richesse ; ne voudrions-nous pas que notre enfant grandisse avec les valeurs nécessaires pour qu’il ne soit pas détruit par son ambition première ? Quel meilleur apprentissage pour cet enfant que de commencer au plus bas de l’échelle ? Ne sera-t-il pas plus fier au final d’avoir vécu le prix de l’effort, d’avoir vaincu ses doutes, d’avoir été au-dessus de ses malheurs et d’avoir cru en lui coûte que coûte ? Ne sera-t-il pas plus respectueux de la valeur de l’argent et ne l’emploiera-t-il pas à bon escient en ayant compris et vécu les conditions d’une vie où l’argent manquait sévèrement ? Notre vie est un message au monde à transmettre autant qu’elle a un message à nous transmettre. Pourquoi certaines personnes ont-elles tout ce qu’elles désirent et ne sont-elles pas heureuses ? N’est-ce pas une opportunité pour elles de chercher la véritable richesse de la vie ailleurs que dans l’aspect financier ? Nous avons tous des leçons à apprendre de la vie et nos conditions, bien qu’elles puissent paraître sévères, nous poussent toujours à révéler le meilleur de nous-mêmes.

Tout a un sens

mountains-846076_1920

Même dans les pires moments, les événements n’arrivent pas pour nous punir ou pour nous détruire. Certes un drame, un accident, une maladie est toujours difficile à encaisser et à vivre avec positivisme. Dans ces moments-là, nous n’avons plus envie de sourire… Et, pour cause ; c’est comme si une partie de nous était en train de mourir. Ces événements tragiques exacerbent les liens qui nous unissent et révèlent notre caractère spirituel. Nous ressentons davantage la connexion qui a toujours été présente mais qui demeurait jusque là inconsciente. Nous ressentons la souffrance de l’autre comme si elle était nôtre, nous nous mettons plus facilement à la place de l’autre et regrettons que les événements se soient déroulés ainsi. Nous sommes impuissants et sommes en colère de ne pouvoir remuer ciel et terre pour n’avoir pu éviter la situation ou être capable de l’améliorer. Nous pouvons injurier la vie et nous demander pourquoi cela est arrivé à l’autre et pas à soi-même ? Ne culpabilisez pas ! Nous aurons beau nous poser toutes les questions possibles et repenser les circonstances autrement ; nous ne pouvons plus agir sur le passé, il nous faut construire et faire de notre mieux avec le présent.

Gardez à l’esprit qu’aussi tragiques que les événements puissent paraître, l’histoire ne s’achève pas ici et un jour nous comprendrons le sens de notre existence ici. L’esprit a un pouvoir illimité et n’est pas soumis aux limitations de la matière, il peut s’évader à tout moment et rejoindre d’autres sphères. Le moment où l’esprit décide de quitter cette Terre, ce n’est pas pour engendrer de la peine ou de la souffrance, pour l’esprit c’est une délivrance ; le retour à son essence. L’absence, le vide qu’il laisse derrière lui n’est pas fait pour demeurer « vide » mais plutôt pour vous inciter à VIVRE davantage et à combler le « vide » apparent. La mort nous rappelle à la vie et nous remémore que notre véritable « maison » n’est pas ici.

Tout événement tragique nous invite à redoubler d’énergie, à nous battre pour ceux qui sont encore en vie, à transformer cet événement négatif en positif… Un jour ou l’autre, nous devrons tous partir ; veillons à ce que notre présence ici soit bénéfique et que le départ de nos êtres chers soit un éveil de conscience pour tous ceux qui demeurent encore sur Terre.

footpath-691021_1280

pier-821570_1280

Il est possible que l’âme, avant même de venir sur Terre, ait choisi l’heure de son départ et certains événements propices à son évolution. Tout comme lorsqu’un acteur doit rompre un contrat qui l’engageait dans un film et que le réalisateur fait mourir son personnage pour le libérer de son engagement et ne pas perturber le déroulement de l’histoire. Nous savons pertinemment que l’acteur n’est pas « mort » en réalité, c’est uniquement le rôle qu’il interprétait qui ne figurera plus dans l’histoire racontée. La complexité et les mystères de la vie dépassent de loin la fiction, ce n’est pas par hasard que nous aimons tant ce moyen d’évasion que représente le septième art. Que nous ayons choisi ou non tout ce qui nous arrive ici-bas, le plus important est que nous sommes suffisamment forts pour affronter toutes les situations. Ayez confiance en la vie, elle vous a choisi pour interpréter un rôle important sur cette Terre et elle a confiance en votre capacité à surmonter les circonstances et à répandre de l’amour là où certains se laisseraient consumer par la haine. C’est notre réaction face aux événements qui nous permet de gravir un nouvel échelon dans l’échelle de l’évolution. Les êtres qui nous entourent ont également confiance en nous et savent que notre amour s’inscrit dans l’éternité du Temps. L’amour est éternel, ce monde est éphémère. Gardez cela à l’esprit ! Tout n’est pas écrit… nous avons le pouvoir de nous créer un bel avenir. C’est notre état d’esprit qui bâtit notre destin ; les choix que nous faisons aujourd’hui et les réactions que nous adoptons face à la vie construisent le monde de demain. Allez-vous reprendre le contrôle de votre vie ou laisser votre destin vous échapper des mains ? Que contrôlons-nous réellement si ce n’est notre pensée et attitude face aux événements de la vie ?

Ne prenons pas notre rôle trop à cœur, nous sommes tous des frères et sœurs qui sommes venus passer quelques heures avant de rejoindre notre véritable demeure. Notre destin est de baigner dans le bonheur… Quoi que vous viviez, quoi que vous pensiez ; n’oubliez jamais de préserver la bonté de votre cœur et d’être authentique, la vie est un voyage initiatique !

blue-259458_1280

Rédigé par Leandro De Carvalho.

Et si le monde n’était qu’une illusion ?

galaxy-11098_1280

Mes trois fidèles alliés qui inspirent mes pensées sont : ma conscience, mon cœur et la science. Il y a des évidences qui sont juste devant nos yeux ! « La nature est bien faite ! » Il suffit pour cela d’observer le monde qui nous entoure : nous sommes tous dotés d’un système organique et de sens qui nous permettent de vivre et de nous adapter à notre environnement. La science a fait un bond considérable et parvient à expliquer un tas de choses qui étaient encore floues des siècles en arrière. La science nous permet de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons mais elle ne fait qu’expliquer ce que notre conscience, au fond, sait déjà pertinemment. Et la conscience se rapproche un peu plus de son essence grâce aux éléments que lui apporte la science. La science nous a révélé que tout est constitué d’atomes ; que ce soit dans l’espace ou sur Terre, toute espèce vivante ou morte ; nous sommes tous des atomes. Et il se trouve que le volume des atomes est constitué de vide à 99,9999999999999%, soit pratiquement 100% ! Vous voyez où je veux en venir ? Cela me paraît pourtant clair : et si le monde n’était qu’une illusion, le fruit de notre imagination ? Le pourcentage que représente la matière est de 0,0000000000001%, soit quasiment rien ! Tout est composé majoritairement de « vide » et pourtant tout nous paraît rempli ! Mais, ce « vide » est-il réellement « vide » ? A nos yeux cela paraît vide parce que c’est invisible, impalpable et pourtant j’ai peine à croire que ce « vide » ne soit pas occupé par ce qui fait qu’aujourd’hui nous sommes capables de réfléchir : notre conscience.

Tout est énergie

glass-fibres-1118066_1920

Nous ne sommes pas grand-chose sur Terre et pourtant nous sommes grands à la fois. On voit bien avec ce pourcentage infiniment petit que représente la matière dans un atome que même le plus petit grain de poussière est « conséquent » et important non pas pour l’Univers… mais pour notre conscience, notre vie humaine.

Aujourd’hui encore je m’émerveille face à tous ces miracles qui font partie de notre quotidien et qui sont omniprésents dans notre réalité ; l’oxygène, l’électricité, le magnétisme, la gravité, le métabolisme des êtres vivants, l’instinct, la communication propre à la Nature et son développement parfaitement orchestré et en harmonie avec le monde qui nous entoure… Nous nous y sommes habitués oubliant que tout était parfait ! Tout a été pensé intelligemment… Nous passons notre temps à le démontrer ! C’est comme si l’homme s’examinait à la loupe et tentait de comprendre d’où provient cette intelligence alors qu’il est lui-même partie intégrante de cette « intelligence ». L’énergie qui nous anime est une évidence avec laquelle nous vivons en toute complaisance. Nul besoin de l’expliquer pour que nous puissions vivre et que notre cœur continue de battre… L’énergie de la vie nous habite ! A moins que ce ne soit nous qui habitions cette énergie créatrice qui nous a permis de bâtir le monde d’aujourd’hui… Mon sentiment est que nous sommes de l’énergie dans l’énergie. Nous avons la sensation d’une séparation mais cette séparation est une illusion. Nous sommes la vie au cœur d’une autre vie.

La science nous révèle des facettes de l’invisible et nous prouve que ce n’est pas parce que des éléments sont invisibles à nos yeux qu’ils sont inexistants pour autant ! Pourquoi pouvons-nous alors avoir tant de mal à croire que le monde ne soit qu’une illusion ? Peut-être désirons-nous tout simplement « oublier » cette information pour vivre pleinement cette expérience humaine qui nous sert d’évasion. Pourtant, penser à l’éventualité d’une telle supposition peut nous permettre de vivre pleinement toutes les situations de notre vie sans se dire que tout est « vide » de sens. Que nous ressentions ce « vide » me paraît tout à fait normal puisque nous sommes composés de vide à 99,9999999999999% ! Mais n’est-ce pas nous qui comblons ce « vide » illusoire ?

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » Albert Einstein

L’illusion parfaite

splash-863458_1920

Tout a été également pensé pour que les êtres vivants ne soient point perturbés par leur conscience. Celle-ci se réveille doucement au fil de leur croissance. Vous imaginez si nous avions accès à toutes ces informations dès notre naissance ? Peut-être voudrions-nous repartir immédiatement et ne pas mettre un seul pied sur Terre ! Mais non, nous naissons dans un corps qui préserve notre conscience, qui lui laisse le temps de fleurir dans la bienveillance et de s’adapter à son apparence. L’enfant est-il inconscient pour autant ?

Il a été reconnu par la science que l’enfant, dès son plus jeune âge et même pendant sa gestation dans le ventre de sa mère, développe des expériences polysensorielles qui l’aident à différencier son propre corps par opposition aux autres corps physiques qui l’entourent. Très jeune, il agit naturellement en fonction de son plaisir personnel et cherche ensuite à attirer l’attention sur sa propre existence. Il prend coconscience de l’image qui lui est reflétée dans le miroir et des autres avant de parvenir à la conscience de soi et à la pensée symbolique de l’adulte, aux « théories de l’esprit » qui nourrissent la conscience de soi. Un cheminement nécessaire ; ce laps de temps est indispensable pour préparer la conscience à affronter toutes les situations possibles de la vie, sans quoi la conscience ne supporterait pas aussi longtemps les circonstances autant qu’elle peut le faire en évoluant. L’illusion nous protège ; elle est essentielle à notre développement pour nous permettre de vivre pleinement ce que nous avons à vivre à notre rythme, tout en douceur.

optical-deception-813728_1920

eye-1173863_1920

Pendant ce temps, notre conscience imprime pleinement cette réalité comme vérité absolue et ne laisse pas de place au « vide », à l’inconnu qui pourrait nous perturber et nous rendre fébriles. Les véritables sensations de plénitude, malgré ce « vide » transparent, sont ressenties grâce à ce processus de notre développement. Au fond, c’est ce sentiment-là qui est le plus important et essentiel pour nous de ressentir ! Et, en cela : la nature est bien faite ! C’est en prenant de l’âge que nos doutes, remises en question, le regard des autres et l’évolution de la société nous font oublier que nous sommes des êtres « parfaits » ; remplis de sens et de potentiel créateur, provenant de l’Univers et soutenus par une nature qui aspire à notre richesse et à notre bonheur.

Durant notre enfance, nous sommes bercés d’illusions pour notre protection. Sur Terre, c’est la même chose ! A l’âge adulte, notre conscience s’éveille chaque jour un peu plus et nous avons le choix de continuer à vivre dans l’illusion ou de pénétrer de nouvelles dimensions. La Terre, elle, ne disparaîtra pas du jour au lendemain de notre conscience ! Nous pourrons bien nous réveiller demain et après demain : cette réalité ne se transforme pas d’un jour à l’autre. Et heureusement pour notre conscience ! Vous imaginez si nous nous réveillions dans un monde et le lendemain dans un autre ? Nous serions complémente désorientés… et, pourtant, c’est ce qui nous arrive tous les jours lorsque nous rêvons ! Mais nous avons conscience que nous rêvons d’une autre dimension qui ne nous semble pas « réelle » ; pour nous c’est encore une illusion ! Mais si cela n’en était pas une ? Nous serions probablement terrifiés ou perdus… alors nous préférons penser que c’est une illusion pour notre propre protection et zone de confort. Les autres pourraient également penser que nous sommes devenus fous ! Penser raisonnablement, se montrer cartésien et « lucide » permet de bien s’intégrer dans la société et d’éviter un tas de problèmes ! J’ai pourtant l’impression de penser raisonnablement et en toute lucidité. Le vrai problème n’est-il pas de croire que nous sommes conscients de tout et que nous pouvons tout expliquer « raisonnablement » alors que le miracle même de la vie dépasse de loin notre entendement ? En imaginant que ce monde ne soit que le fruit de notre imagination et qu’il ne soit pas « réel », en attendant : l’illusion est parfaite !

1780055_551927791571187_274284789_o

dream-catcher-902508_1280

Rédigé par Leandro De Carvalho.

Vivez en parfaite harmonie avec le Monde

Aller à la barre d’outils